Glossaire

Vous voulez en savoir plus sur le verre ? Recherchez ici tous les termes techniques importants associĂ©s.

A

Lettre caractĂ©risant le verre anti-effraction (DIN 52290) : A = rĂ©sistant aux projectiles (A1,A2,A3) ;
remplacĂ© par la norme DIN EN 356, dĂ©nominations P1A Ă  P5A.
Voir aussi Vitrage anti-effraction ou Verre anti-effraction.

Valeur a

Exprime le volume d'air en mètres-cubes passant par mètre linĂ©aire de joint pendant 1 heure pour une diffĂ©rence de pression d'air de 10 Pa entre le cĂ´tĂ© intĂ©rieur et le cĂ´tĂ© intempĂ©ries
(DIN 18055, Ă©dition :1981-10 fenĂŞtres ; permĂ©abilitĂ© des joints, Ă©tanchĂ©itĂ© Ă  la pluie battante et contrainte mĂ©canique ; exigences et contrĂ´le)

Absorption

Absorption énergétique des matériaux

Adhérence

Cohésion entre deux matériaux différents

Intercalaire

Le plus souvent profil creux métallique (acier, aluminium) séparant les deux plaques d’un verre isolant d’un écart défini. L’intercalaire intègre également l'agent dessiccateur.

Verre anti-effraction

 

Verre feuilletĂ© de sĂ©curitĂ© revĂŞtu de plusieurs couches ou assemblages, capable de rĂ©sister Ă  un certain degrĂ© de violence. Vitrages anti-effraction, voir DIN EN 356, DIN EN 1063 et DIN 52290 : -RĂ©sistant aux projectiles : lettre d’identification P1A Ă  P5A /DIN EN 356)- Anti-effraction : lettre d’identification P6B Ă  P7B (DIN EN 356)- Pare-balles : lettre d’identification BR1 Ă  BR7 (DIN EN 1063)- Anti-explosion : lettre d’identification D (DIN 52290, partie 5, encore valable Ă  l’heure actuelle)

Anisotropie

Effet optique du verre trempé de sécurité. Les zones de tension observées dans le verre trempé de sécurité peuvent conduire à une biréfringence entraînant l'apparition de cercles colorés. Les anisotropies sont clairement identifiables à la lumière polarisée ou entre deux filtres polarisants. Ce phénomène ne constitue aucunement un défaut de fabrication.

Verre antique

Type de verre présentant une surface irrégulière (avec des traînées et des bulles)

APTK

AbrĂ©viation dĂ©signant un agent d’étanchĂ©itĂ© : Aethylen-Propylen-Terpolymer-Kautschuk (ancienne abrĂ©viation de l’EPDM)

Argon

Gaz rare utilisĂ© dans le remplissage pour l'amĂ©lioration de la valeur k dans le verre MIG.

DĂ©polissage

Traitement de la surface vitrée à l’aide de solutions acides. La surface traitée présente un aspect mat. L’amplification de surface accroît la disposition à l’encrassement.

Dilatation

Voir Coefficient de dilatation thermique

DĂ©tachement

Arrachage d’une fixation ponctuelle de la couche de PVB d’un vitrage feuilleté de sécurité compromis.

 

A

Lettre caractĂ©risant le verre anti-effraction (DIN 52290) : A = rĂ©sistant aux projectiles (A1,A2,A3) ;
remplacĂ© par la norme DIN EN 356, dĂ©nominations P1A Ă  P5A.
Voir aussi Vitrage anti-effraction ou Verre anti-effraction.
 

Valeur a

Exprime le volume d'air en mètres-cubes passant par mètre linĂ©aire de joint pendant 1 heure pour une diffĂ©rence de pression d'air de 10 Pa entre le cĂ´tĂ© intĂ©rieur et le cĂ´tĂ© intempĂ©ries
(DIN 18055, Ă©dition :1981-10 fenĂŞtres ; permĂ©abilitĂ© des joints, Ă©tanchĂ©itĂ© Ă  la pluie battante et contrainte mĂ©canique ; exigences et contrĂ´le)
 

Absorption

Absorption énergétique des matériaux
 

Adhérence

Cohésion entre deux matériaux différents
 

Intercalaire

Le plus souvent profil creux métallique (acier, aluminium) séparant les deux plaques d’un verre isolant d’un écart défini. L’intercalaire intègre également l'agent dessiccateur.
 

Verre anti-effraction

Verre feuilletĂ© de sĂ©curitĂ© revĂŞtu de plusieurs couches ou assemblages, capable de rĂ©sister Ă  un certain degrĂ© de violence. Vitrages anti-effraction, voir DIN EN 356, DIN EN 1063 et DIN 52290 : -RĂ©sistant aux projectiles : lettre d’identification P1A Ă  P5A /DIN EN 356)- Anti-effraction : lettre d’identification P6B Ă  P7B (DIN EN 356)- Pare-balles : lettre d’identification BR1 Ă  BR7 (DIN EN 1063)- Anti-explosion : lettre d’identification D (DIN 52290, partie 5, encore valable Ă  l’heure actuelle)
 

Anisotropie

Effet optique du verre trempé de sécurité. Les zones de tension observées dans le verre trempé de sécurité peuvent conduire à une biréfringence entraînant l'apparition de cercles colorés. Les anisotropies sont clairement identifiables à la lumière polarisée ou entre deux filtres polarisants. Ce phénomène ne constitue aucunement un défaut de fabrication.
 

Verre antique

Type de verre présentant une surface irrégulière (avec des traînées et des bulles)
 

APTK

AbrĂ©viation dĂ©signant un agent d’étanchĂ©itĂ© : Aethylen-Propylen-Terpolymer-Kautschuk (ancienne abrĂ©viation de l’EPDM)
 

Argon

Gaz rare utilisĂ© dans le remplissage pour l'amĂ©lioration de la valeur k dans le verre MIG.
 

DĂ©polissage

Traitement de la surface vitrée à l’aide de solutions acides. La surface traitée présente un aspect mat. L’amplification de surface accroît la disposition à l’encrassement.
 

Dilatation

Voir Coefficient de dilatation thermique
 

DĂ©tachement

Arrachage d’une fixation ponctuelle de la couche de PVB d’un vitrage feuilleté de sécurité compromis.

 

B

 

Lettre caractĂ©risant anciennement le verre anti-effraction (DIN 52290) : B = anti-effraction (B1, B2, ,B3), remplacĂ© par la norme DIN EN 356 (P6B, P7B et P8B). Voir aussi Vitrage anti-effraction et Verre anti-effraction.

RĂ©sistance aux impacts de ballon

  

Les salles et installations de sports doivent ĂŞtre conçues pour rĂ©sister aux impacts de ballon. Les Ă©lĂ©ments entrant dans leur construction doivent par consĂ©quent rĂ©pondre aux exigences de la norme DIN 18032, partie 3. Celle-ci prĂ©voit le test des Ă©lĂ©ments sous les coups d’un lanceur de balles. Cet aspect fait l’objet d’une certification.

Verre blindé

Ancienne dĂ©nomination du vitrage anti-effraction utilisĂ© dans le secteur bancaire (certifications UVV : C2SA/B2, C2SF/B2)

Construction

Assemblage de produits de construction aboutissant Ă  une installation structurelle ou une partie d'installation structurelle

Verre de construction

Ancienne dénomination du verre à vitre de production industrielle. Dans la plupart des cas sans aucune finition des bords.

BĂ©ton-verre

Concept générique regroupant les panneaux de verre, briques de verre et tuiles de verre

Produit de construction

 

Concept englobant les matériaux de construction, éléments de construction et installations fabriqués à des fins d’utilisation durable au sein d’installations structurelles fixées au sol.

Liste des réglementations applicables au bâtiment du DiBT

Ensemble des publications relevant du code de la construction publiées par le Deutsche Institut für Bautechnik (DiBt). Celles-ci répertorient les produits de construction et constructions réglementés et non réglementés, ainsi que les règlements applicables.
Dans notre cas, il s'agit de faire certifier par l’entité de revêtement que la résistance à la flexion n'est pas altérée des suites du revêtement.
La liste des rĂ©glementations applicables au bâtiment est reconnaissable au logo suivant :

RevĂŞtement

Application de couches métalliques sur la surface vitrée (accentuation de l’effet miroir).

Panneau de verre

Corps de verre compressĂ© (massif ou creux, voire ouvert Ă  une extrĂ©mitĂ©) Champ d’application : constructions praticables et carrossables combinĂ©es au bĂ©ton.

Facteur b

Également « indice de sĂ©lectivitĂ© Â». Indique la transmission d’énergie solaire moyenne en fonction du degrĂ© de permĂ©abilitĂ© Ă©nergĂ©tique globale (valeur g) d’une fenĂŞtre Ă  vitrage standard.

RĂ©sistance Ă  la flexion

Contrainte de flexion avant rupture bB (Sigma).

Verre d’encadrement

Verre plat fin (parfois antireflet) destiné à l’encadrement photo.

Verre au plomb

Verre Ă  base de plomb (teneur minimale de 5 %). Application : Bouclier anti-rayonnement de haute Ă©nergie (p. ex. rayons X).

Cristal de plomb

Intervient dans la plupart des objets creux en verre intĂ©grant du verre composite Ă  base de plomb (teneur minimale en plomb de 24 %, pouvant aller jusqu’à 30 % pour le cristal Ă  forte teneur en plomb).

Verre assemblé au plomb

Assemblage de verres à l'aide de baguettes de plomb. Essentiellement destiné à la peinture sur verre et aux vitrages d'art.

Verre trouble

Verre d'aspect trouble suite à la dégradation de l’une des couches de revêtement appliquées à sa surface. Phénomène souvent observé suite à l'apparition de défauts d’étanchéité dans le verre MIG.

Verre borosilicate

Verre à forte teneur en bore, caractérisé par une haute résistance chimique, une haute résistance aux changements de température, mais une résistance mécanique réduite.

Agrément technique général (Abz) et accord au cas par cas (ZiE) concernant les exigences relatives à la protection incendie

Les Ă©lĂ©ments de construction en verre ne font l’objet d’aucune rĂ©gulation concernant les exigences relatives Ă  la protection incendie. La classification des Ă©lĂ©ments de construction contrĂ´lĂ©s selon une classe de rĂ©sistance (telle que la classe EI30) de la norme EN 13501 sert de base Ă  tout agrĂ©ment technique gĂ©nĂ©ral (Abz) ou accord au cas par cas (ZiE).

Verre de protection incendie

Voir aussi Classe de résistance au feu

Champ incurvé

 

Polissage des bords spécifique présentant un profil semi-circulaire (anciennement polissage semi-circulaire)

Cul de bouteille

Disque de verre soufflĂ© Ă  la bouche d’un diamètre compris entre 5 et 15 cm. UtilisĂ© dans le verre assemblĂ© au plomb (fenĂŞtre en cul de bouteille, verre soufflĂ© en couronne)

B 

Lettre caractĂ©risant anciennement le verre anti-effraction (DIN 52290) : B = anti-effraction (B1, B2, ,B3), remplacĂ© par la norme DIN EN 356 (P6B, P7B et P8B). Voir aussi Vitrage anti-effraction et Verre anti-effraction.
 

RĂ©sistance aux impacts de ballon  

 Les salles et installations de sports doivent ĂŞtre conçues pour rĂ©sister aux impacts de ballon. Les Ă©lĂ©ments entrant dans leur construction doivent par consĂ©quent rĂ©pondre aux exigences de la norme DIN 18032, partie 3. Celle-ci prĂ©voit le test des Ă©lĂ©ments sous les coups d’un lanceur de balles. Cet aspect fait l’objet d’une certification.
 

Verre blindé

Ancienne dĂ©nomination du vitrage anti-effraction utilisĂ© dans le secteur bancaire (certifications UVV : C2SA/B2, C2SF/B2)
 

Construction

Assemblage de produits de construction aboutissant Ă  une installation structurelle ou une partie d'installation structurelle
 

Verre de construction

Ancienne dénomination du verre à vitre de production industrielle. Dans la plupart des cas sans aucune finition des bords.
 

BĂ©ton-verre

Concept générique regroupant les panneaux de verre, briques de verre et tuiles de verre
 

Produit de construction 

Concept englobant les matériaux de construction, éléments de construction et installations fabriqués à des fins d’utilisation durable au sein d’installations structurelles fixées au sol.

Liste des réglementations applicables au bâtiment du DiBT

Ensemble des publications relevant du code de la construction publiées par le Deutsche Institut für Bautechnik (DiBt). Celles-ci répertorient les produits de construction et constructions réglementés et non réglementés, ainsi que les règlements applicables.
Dans notre cas, il s'agit de faire certifier par l’entité de revêtement que la résistance à la flexion n'est pas altérée des suites du revêtement.
La liste des rĂ©glementations applicables au bâtiment est reconnaissable au logo suivant :


 

RevĂŞtement

Application de couches métalliques sur la surface vitrée (accentuation de l’effet miroir).
 

Panneau de verre

Corps de verre compressĂ© (massif ou creux, voire ouvert Ă  une extrĂ©mitĂ©)Champ d’application : constructions praticables et carrossables combinĂ©es au bĂ©ton.
 

Facteur b

Également « indice de sĂ©lectivitĂ© Â». Indique la transmission d’énergie solaire moyenne en fonction du degrĂ© de permĂ©abilitĂ© Ă©nergĂ©tique globale (valeur g) d’une fenĂŞtre Ă  vitrage standard.
 

RĂ©sistance Ă  la flexion

Contrainte de flexion avant rupture bB (Sigma).
 

Verre d’encadrement

Verre plat fin (parfois antireflet) destiné à l’encadrement photo.
 

Verre au plomb

Verre Ă  base de plomb (teneur minimale de 5 %). Application : Bouclier anti-rayonnement de haute Ă©nergie (p. ex. rayons X).
 

Cristal de plomb

Intervient dans la plupart des objets creux en verre intĂ©grant du verre composite Ă  base de plomb (teneur minimale en plomb de 24 %, pouvant aller jusqu’à 30 % pour le cristal Ă  forte teneur en plomb).
 

Verre assemblé au plomb

 Assemblage de verres Ă  l'aide de baguettes de plomb. Essentiellement destinĂ© Ă  la peinture sur verre et aux vitrages d'art.
 

Verre trouble

Verre d'aspect trouble suite à la dégradation de l’une des couches de revêtement appliquées à sa surface. Phénomène souvent observé suite à l'apparition de défauts d’étanchéité dans le verre MIG.
 

Verre borosilicate

Verre à forte teneur en bore, caractérisé par une haute résistance chimique, une haute résistance aux changements de température, mais une résistance mécanique réduite.

Agrément technique général (Abz) et accord au cas par cas (ZiE) concernant les exigences relatives à la protection incendie

Les Ă©lĂ©ments de construction en verre ne font l’objet d’aucune rĂ©gulation concernant les exigences relatives Ă  la protection incendie. La classification des Ă©lĂ©ments de construction contrĂ´lĂ©s selon une classe de rĂ©sistance (telle que la classe EI30) de la norme EN 13501 sert de base Ă  tout agrĂ©ment technique gĂ©nĂ©ral (Abz) ou accord au cas par cas (ZiE).

 

Verre de protection incendie

Voir aussi Classe de résistance au feu
 

Champ incurvĂ© 

Polissage des bords spécifique présentant un profil semi-circulaire (anciennement polissage semi-circulaire)
 

Cul de bouteille

Disque de verre soufflĂ© Ă  la bouche d’un diamètre compris entre 5 et 15 cm. UtilisĂ© dans le verre assemblĂ© au plomb (fenĂŞtre en cul de bouteille, verre soufflĂ© en couronne)

C

Lettre caractĂ©risant anciennement le vitrage anti-effraction (DIN 52290) : C = pare-balles (C1 Ă  C5), remplacĂ© par les dĂ©nominations BR 1 Ă  BR 7 de la norme DIN EN 1063. Voir aussi Vitrage anti-effraction ou Verre anti-effraction.

Marquage CE

 

Le marquage CE indique le respect des prescriptions lĂ©gales minimales en vigueur. Le fabricant s’engage Ă  ce que le produit soit conforme aux dispositions applicables Ă©noncĂ©es dans la lĂ©gislation communautaire d'harmonisation prĂ©voyant son apposition. Celles-ci font l’objet de contrĂ´les sur site tout au long des processus de production.
Le marquage CE est obligatoire pour tous les produits de l’Union europĂ©enne et reconnaissable par le logo suivant :

CEKAL

 

La certification CEKAL repose sur une dĂ©marche volontaire. Elle implique le respect d’exigences supplĂ©mentaires par rapport aux normes et prescriptions gĂ©nĂ©rales applicables au verre. Pour le suivi du haut niveau de qualitĂ© des produits, des audits externes sont effectuĂ©s tous les six mois et peuvent ĂŞtre exigĂ©s Ă  des fins d'assurance. Les normes françaises doivent ĂŞtre harmonisĂ©es avec les normes europĂ©ennes (NF 1096 = EN 1096). L'obtention prĂ©alable du marquage CE est obligatoire.
La certification CEKAL est reconnaissable au logo suivant :

Verre opale

 

Plaques de verre assemblées à partir de verre liquide incolore et coloré.

C

Lettre caractĂ©risant anciennement le vitrage anti-effraction (DIN 52290) : C = pare-balles (C1 Ă  C5), remplacĂ© par les dĂ©nominations BR 1 Ă  BR 7 de la norme DIN EN 1063. Voir aussi Vitrage anti-effraction ou Verre anti-effraction.

 

Marquage CE 

Le marquage CE indique le respect des prescriptions lĂ©gales minimales en vigueur. Le fabricant s’engage Ă  ce que le produit soit conforme aux dispositions applicables Ă©noncĂ©es dans la lĂ©gislation communautaire d'harmonisation prĂ©voyant son apposition. Celles-ci font l’objet de contrĂ´les sur site tout au long des processus de production.
Le marquage CE est obligatoire pour tous les produits de l’Union europĂ©enne et reconnaissable par le logo suivant :

 

CEKAL

La certification CEKAL repose sur une dĂ©marche volontaire. Elle implique le respect d’exigences supplĂ©mentaires par rapport aux normes et prescriptions gĂ©nĂ©rales applicables au verre. Pour le suivi du haut niveau de qualitĂ© des produits, des audits externes sont effectuĂ©s tous les six mois et peuvent ĂŞtre exigĂ©s Ă  des fins d'assurance. Les normes françaises doivent ĂŞtre harmonisĂ©es avec les normes europĂ©ennes (NF 1096 = EN 1096). L'obtention prĂ©alable du marquage CE est obligatoire.
La certification CEKAL est reconnaissable au logo suivant :

Verre opale

Plaques de verre assemblées à partir de verre liquide incolore et coloré.

D

 

Lettre caractĂ©risant le vitrage anti-effraction (DIN 52290, encore valable Ă  l’heure actuelle) : D = anti-explosion ; voir aussi Vitrage anti-effraction ou Verre anti-effraction.

Dalle de verre

Verre coulé teinté dans la masse, souvent employé dans les poignées de porte en verre.

dB(A)

Pression acoustique calculĂ©e en fonction de la courbe de pondĂ©ration frĂ©quentielle A (DIN 45633). Cette courbe prend en compte l’interdĂ©pendance entre le volume ressenti et la frĂ©quence sonore (hauteur de son). Également unitĂ© de mesure du niveau sonore dB(A). Correspond approximativement aux valeurs exprimĂ©es en phones Ă  une frĂ©quence de 1000 Hz.

DD

Ancienne dĂ©nomination de l’épaisseur nominale du verre Ă  vitre de 3,8 mm d’épaisseur, de production industrielle. Par ordre d’épaisseur croissante, on trouve : verre fin - verre Ă  vitre EE, MD, DD - verre Ă©pais

Densité

Quotient de la masse sur le volume. UnitĂ© : kg/mÂł
Le verre flottĂ© prĂ©sente une densitĂ© de 2,5 x 10Âł kg/mÂł
(le verre armĂ©, env. 2,6 x 10Âł kg/mÂł)

Verre Ă©pais

Ancienne dĂ©nomination de l’épaisseur nominale du verre Ă  vitre de 4,5 Ă  6,5 mm
d’épaisseur, de production industrielle. Par ordre d’épaisseur croissante, on trouve : verre fin - verre Ă  vitre EE, MD, DD - verre Ă©pais

DIN 18008, partie 1 Ă  5

SĂ©rie de normes servant de base au dimensionnement du verre. IntĂ©grĂ©e en 2015 dans le LTB, elle a remplacĂ© les ensembles de règles TRLV, TRPV et TRAV, qui dĂ©crivaient jusqu’alors l’état de la technique. Depuis l’introduction de la sĂ©rie de normes DIN 18008, tous les verres employĂ©s dans les vitrages destinĂ©s Ă  des applications intĂ©rieures doivent rĂ©pondre Ă  des critères de stabilitĂ© et d'aptitude au service.

FenĂŞtre double

Ancienne conception de fenĂŞtre incorporant deux cadres et deux vitres (Ă©galement fenĂŞtre Ă  caisson).

Effet double vitrage

 

Le volume de gaz contenu dans un verre feuilleté isolant produit de par un fléchissement convexe ou concave des plaques de verre un équilibrage de la pression avec la pression ambiante. Selon le fléchissement des plaques de verre se produisent différents effets visuels ou différentes réflexions. Ce phénomène ne constitue aucunement un défaut de fabrication.

Verre feuilletĂ© avec treillis mĂ©tallique :

Verre feuilleté de sécurité avec armature métallique.

Verre armé

Verre coulĂ© avec armature en treillis. Le verre armĂ© ne constitue aucunement un verre de sĂ©curitĂ© !

Verre décoratif armé

Verre coulé avec armature en treillis et surface martelée.

Glace armée

Verre miroir avec armature en treillis.

RĂ©sistance Ă  la compression

 

Le verre flottĂ© prĂ©sente une rĂ©sistance Ă  la compression de 700 Ă  900 N/mm²

Verre fin

Ancienne dĂ©nomination de l’épaisseur nominale du verre Ă  vitre de 0,7 Ă  1,6 mm d’épaisseur, de production industrielle. Par ordre d’épaisseur croissante, on trouve : verre fin - verre Ă  vitre EE, MD, DD - verre Ă©pais

D 

Lettre caractĂ©risant le vitrage anti-effraction (DIN 52290, encore valable Ă  l’heure actuelle) : D = anti-explosion ; voir aussi Vitrage anti-effraction ou Verre anti-effraction.
 

Dalle de verre

Verre coulé teinté dans la masse, souvent employé dans les poignées de porte en verre.
 

dB(A)

Pression acoustique calculĂ©e en fonction de la courbe de pondĂ©ration frĂ©quentielle A (DIN 45633). Cette courbe prend en compte l’interdĂ©pendance entre le volume ressenti et la frĂ©quence sonore (hauteur de son). Également unitĂ© de mesure du niveau sonore dB(A). Correspond approximativement aux valeurs exprimĂ©es en phones Ă  une frĂ©quence de 1000 Hz.
 

DD

Ancienne dĂ©nomination de l’épaisseur nominale du verre Ă  vitre de 3,8 mm d’épaisseur, de production industrielle. Par ordre d’épaisseur croissante, on trouve : verre fin - verre Ă  vitre EE, MD, DD - verre Ă©pais
 

Densité

Quotient de la masse sur le volume. UnitĂ© : kg/mÂł
Le verre flottĂ© prĂ©sente une densitĂ© de 2,5 x 10Âł kg/mÂł
(le verre armĂ©, env. 2,6 x 10Âł kg/mÂł)
 

Verre Ă©pais

Ancienne dĂ©nomination de l’épaisseur nominale du verre Ă  vitre de 4,5 Ă  6,5 mm
d’épaisseur, de production industrielle. Par ordre d’épaisseur croissante, on trouve : verre fin - verre Ă  vitre EE, MD, DD - verre Ă©pais
 

DIN 18008, partie 1 Ă  5

SĂ©rie de normes servant de base au dimensionnement du verre. IntĂ©grĂ©e en 2015 dans le LTB, elle a remplacĂ© les ensembles de règles TRLV, TRPV et TRAV, qui dĂ©crivaient jusqu’alors l’état de la technique. Depuis l’introduction de la sĂ©rie de normes DIN 18008, tous les verres employĂ©s dans les vitrages destinĂ©s Ă  des applications intĂ©rieures doivent rĂ©pondre Ă  des critères de stabilitĂ© et d'aptitude au service.

 

FenĂŞtre double

Ancienne conception de fenĂŞtre incorporant deux cadres et deux vitres (Ă©galement fenĂŞtre Ă  caisson).
 

Effet double vitrage 

Le volume de gaz contenu dans un verre feuilleté isolant produit de par un fléchissement convexe ou concave des plaques de verre un équilibrage de la pression avec la pression ambiante. Selon le fléchissement des plaques de verre se produisent différents effets visuels ou différentes réflexions. Ce phénomène ne constitue aucunement un défaut de fabrication.
 

Verre feuilletĂ© avec treillis mĂ©tallique :

Verre feuilleté de sécurité avec armature métallique.
 

Verre armé

Verre coulĂ© avec armature en treillis. Le verre armĂ© ne constitue aucunement un verre de sĂ©curitĂ© !
 

Verre décoratif armé

Verre coulé avec armature en treillis et surface martelée.
 

Glace armée

Verre miroir avec armature en treillis.
 

RĂ©sistance Ă  la compression 

Le verre flottĂ© prĂ©sente une rĂ©sistance Ă  la compression de 700 Ă  900 N/mm²
 

Verre fin

Ancienne dĂ©nomination de l’épaisseur nominale du verre Ă  vitre de 0,7 Ă  1,6 mm d’épaisseur, de production industrielle. Par ordre d’épaisseur croissante, on trouve : verre fin - verre Ă  vitre EE, MD, DD - verre Ă©pais

Verre antique véritable

 

Verre présentant une plus importante formation de bulles que le verre antique.

ED

Ancienne dĂ©nomination de l’épaisseur nominale du verre Ă  vitre de 1,8 mm d’épaisseur, de production industrielle. Par ordre d’épaisseur croissante, on trouve : verre fin - verre Ă  vitre EE, MD, DD - verre Ă©pais

Verre trempé de sécurité

Parfois abrĂ©gĂ© : ESG - Verre plat prĂ©contraint thermiquement (trempĂ©), prĂ©sentant une rĂ©sistance mĂ©canique accrue, ainsi qu’une meilleure rĂ©sistance aux changements de tempĂ©rature. En cas de bris, il se dĂ©sagrège en une multitude de petits morceaux Ă©moussĂ©s de taille Ă©gale. Fabrication : la plaque de verre est chauffĂ©e au-delĂ  de la tempĂ©rature de ramollissement avant d’être refroidie brusquement Ă  l’air froid (trempage). La surface de la plaque se fige ainsi alors que l’intĂ©rieur est encore visqueux. Le refroidissement plus lent du cĹ“ur de la plaque entraĂ®ne un resserrement plus dense de la matière qu’au niveau de la surface. De par cette diffĂ©rence structurelle, l’intĂ©rieur du verre (prĂ©sentant une structure fermĂ©e de plus petit volume) maintient la surface de la plaque (prĂ©sentant une structure ouverte plus volumineuse) sous tension. Le passage du point de rupture du verre trempĂ© de sĂ©curitĂ© implique l'application d’une charge mĂ©canique capable de surmonter la tension de surface du verre avant d’induire une modification structurelle (un dĂ©but de fissure). Tension de surface du verre trempĂ© de sĂ©curitĂ© : 120 N/mm², §A 11.4 de la liste des rĂ©glementations applicables au bâtiment.

 

Le verre trempé de sécurité et le verre feuilleté de sécurité se distinguent par leur comportement à la rupture. Le bris de verre trempé de sécurité a tendance à s’émietter en une multitude d’éclats friables alors que les éclats de verre flotté restent collés au film intermédiaire entrant dans la constitution du verre feuilleté de sécurité, sans produire de bords tranchants.

Verre sans tain

Voir : Verre espion

Verre cristallisé

Verre plat dotĂ© d’élĂ©ments cristallisĂ©s. Fabrication : de la colle est appliquĂ©e sur une surface dĂ©polie, puis sĂ©chĂ©e. En durcissant, la colle se dĂ©forme, rĂ©trĂ©cit et se dĂ©colle. Des esquilles de verre se dĂ©tachent de la surface vitrĂ©e. L’effet produit rappelle alors celui des cristaux de glace observĂ©s autrefois sur les fenĂŞtres simple vitrage.

Verre émaillé

Verre trempé de sécurité recouvert d’un émaillage coloré sur un côté. Le revêtement est cuit au four et résiste par conséquent à l’abrasion.

Émissivité

Valeur décrivant la capacité d’une surface donnée à refléter le rayonnement thermique. Plus l’émissivité est basse, plus la chaleur rayonnée dans la pièce est importante.

DĂ©vitrification

Procédé par lequel le verre est partiellement cristallisé. Voir aussi Vitrocéramique

Tuiles de ventilation

Brique de verres dotées d’orifices d’aération.

Verre antireflet

Verre plat dont les effets réfléchissants ont été atténués par l'application de revêtements.

EPDM

Dénomination internationale de l’élastomère organique éthylène-propylène-diène monomère (anciennement APTK)

Température de ramollissement

Plage de tempĂ©ratures dans laquelle se situe le point de ramollissement d’un verre liquide. Également tempĂ©rature de transition vitreuse (Tg). La valeur Tg du verre flottĂ© se situe Ă  environ 520 Â°C.

ESG

Voir : Verre trempĂ© de sĂ©curitĂ©

ETB

AbrĂ©viation de : EingefĂĽhrte Technische Baubestimmung (Introduction de nouvelle disposition technique)

Verre antique vĂ©ritable 

Verre présentant une plus importante formation de bulles que le verre antique.
 

ED

Ancienne dĂ©nomination de l’épaisseur nominale du verre Ă  vitre de 1,8 mm d’épaisseur, de production industrielle. Par ordre d’épaisseur croissante, on trouve : verre fin - verre Ă  vitre EE, MD, DD - verre Ă©pais
 

Verre trempé de sécurité

 Parfois abrĂ©gĂ© : ESG - Verre plat prĂ©contraint thermiquement (trempĂ©), prĂ©sentant une rĂ©sistance mĂ©canique accrue, ainsi qu’une meilleure rĂ©sistance aux changements de tempĂ©rature. En cas de bris, il se dĂ©sagrège en une multitude de petits morceaux Ă©moussĂ©s de taille Ă©gale. Fabrication : la plaque de verre est chauffĂ©e au-delĂ  de la tempĂ©rature de ramollissement avant d’être refroidie brusquement Ă  l’air froid (trempage). La surface de la plaque se fige ainsi alors que l’intĂ©rieur est encore visqueux. Le refroidissement plus lent du cĹ“ur de la plaque entraĂ®ne un resserrement plus dense de la matière qu’au niveau de la surface. De par cette diffĂ©rence structurelle, l’intĂ©rieur du verre (prĂ©sentant une structure fermĂ©e de plus petit volume) maintient la surface de la plaque (prĂ©sentant une structure ouverte plus volumineuse) sous tension. Le passage du point de rupture du verre trempĂ© de sĂ©curitĂ© implique l'application d’une charge mĂ©canique capable de surmonter la tension de surface du verre avant d’induire une modification structurelle (un dĂ©but de fissure). Tension de surface du verre trempĂ© de sĂ©curitĂ© : 120 N/mm², §A 11.4 de la liste des rĂ©glementations applicables au bâtiment.
 

Verre sans tain

 Voir : Verre espion
 

Verre cristallisé

Verre plat dotĂ© d’élĂ©ments cristallisĂ©s. Fabrication : de la colle est appliquĂ©e sur une surface dĂ©polie, puis sĂ©chĂ©e. En durcissant, la colle se dĂ©forme, rĂ©trĂ©cit et se dĂ©colle. Des esquilles de verre se dĂ©tachent de la surface vitrĂ©e. L’effet produit rappelle alors celui des cristaux de glace observĂ©s autrefois sur les fenĂŞtres simple vitrage.
 

Verre émaillé

Verre trempé de sécurité recouvert d’un émaillage coloré sur un côté. Le revêtement est cuit au four et résiste par conséquent à l’abrasion.
 

Émissivité

Valeur décrivant la capacité d’une surface donnée à refléter le rayonnement thermique. Plus l’émissivité est basse, plus la chaleur rayonnée dans la pièce est importante.
 

DĂ©vitrification

Procédé par lequel le verre est partiellement cristallisé. Voir aussi Vitrocéramique
 

Tuiles de ventilation

Brique de verres dotées d’orifices d’aération.
 

Verre antireflet

Verre plat dont les effets réfléchissants ont été atténués par l'application de revêtements.
 

EPDM

Dénomination internationale de l’élastomère organique éthylène-propylène-diène monomère (anciennement APTK)
 

Température de ramollissement

Plage de tempĂ©ratures dans laquelle se situe le point de ramollissement d’un verre liquide. Également tempĂ©rature de transition vitreuse (Tg). La valeur Tg du verre flottĂ© se situe Ă  environ 520 Â°C.
 

ESG

Voir : Verre trempĂ© de sĂ©curitĂ©
 

ETB

AbrĂ©viation de : EingefĂĽhrte Technische Baubestimmung (Introduction de nouvelle disposition technique)

Bord biseauté

Bord formant un angle non droit. (AbrĂ©viation DIN : FK)
 

Verre teinté

Verre coloré
 

Verre incolore

Verre utilisé dans les applications optiques, présentant une teneur réduite en fer afin de minimiser la teinte verdâtre.
 

Lithographie en couleur

Coloration verdâtre des verres sodocalciques, résultant de la présence d’oxyde de fer en faible quantité dans les matières premières naturelles. Ce phénomène ne constitue aucunement un défaut de fabrication.
 

Verre Ă  vitre

1. Ancienne dĂ©nomination du verre plat Ă©tirĂ© par traitement mĂ©canique (verre plat, verre miroir) (voir DIN 1249, partie 1)
2. Ancienne indication d’épaisseur nominale du verre Ă  vitre : ED/MD/DD Par ordre d’épaisseur croissante, on trouve : verre fin - verre Ă  vitre EE, MD, DD - verre Ă©pais
 

RĂ©sistant au feu

DĂ©nomination dĂ©sormais interdite (anciennement intĂ©grĂ©e Ă  l'Ă©dition de 1972 de la norme DIN 4102).
 

Ignifugé

DĂ©nomination dĂ©sormais interdite (anciennement intĂ©grĂ©e Ă  l'Ă©dition de 1972 de la norme DIN 4102). Également : rĂ©sistant au feu, hautement rĂ©sistant au feu
 

Polissage au feu

Finition de la surface vitrĂ©e par traitement thermique spĂ©cial. Également appelĂ© « Ă©chauffement Â».
 

Verre de protection incendie

Terme générique regroupant les verres contrôlés, répondant aux exigences de la classe de résistance au feu.
 

Classes de rĂ©sistance au feu (pour les vitrages) 

DIN 4102

a) Classe de rĂ©sistance au feu G. PrĂ©vention de la pĂ©nĂ©tration du feu sur une certaine durĂ©e.

b) Classe de rĂ©sistance au feu F. PrĂ©vention additionnelle du rayonnement thermique.

c) Classe de rĂ©sistance au feu T. Vitrages dans les portes ; rĂ©pond aux exigences de la classe F. Voir DurĂ©e de rĂ©sistance au feu

 

Durée de résistance au feu

DurĂ©e de rĂ©sistance au feu associĂ©e aux diffĂ©rentes classes de rĂ©sistance au feu, correspondant au temps pendant lequel le matĂ©riau doit rĂ©sister (30, 60, 90, 120, 180, 240 minutes).
 

Test par le feu

Test permettant de mettre en évidence le revêtement des plaques d’un verre MIG (révélation par une différence de reflet d’une flamme)
 

Verres filtrants

Verres présentant des propriétés de filtrage des rayonnements.
 

FIRESWISS

Verre de protection incendie de Glas Trösch
 

Grammage

Un mètre-carrĂ© de verre flottĂ© prĂ©sente une masse de 2,5 kg par millimètre d’épaisseur (verre armĂ© : 2,6 kg).
 

Verre plat

Désignation commune à tous les verres (la plupart, des verres silicates sodocalciques ou borosilicates) présentant deux faces parallèles. Généralement produit par procédé flotté (processus de fabrication du verre flotté).
 

Transmission indirecte

Désigne la propagation du son par l’ensemble des éléments reliés à la fenêtre. Également transmission dérivée.
 

Verre flint

Verre optique, Ă  teneur en oxyde de plomb, DIN 58925, partie 1.
 

Verre flotté

1. Produits Ă  base de verre plat fabriquĂ©s selon le procĂ©dĂ© flottĂ©. Le terme « flottĂ© Â» fait rĂ©fĂ©rence au refroidissement du verre liquide en suspension sur un bain d’étain, afin d’obtenir la surface la plus plane possible.

2. Dénomination actuelle du verre miroir, qui n’est pas encore reconnue par la normalisation.
 

Fondant

Additifs ajoutés au mélange verrier (soude, potasse) entraînant la diminution de la température de fusion.
 

Acide fluorhydrique

Solution aqueuse de fluorure d’hydrogène. Traitement de surface entraĂ®nant un fort retrait de surface. UtilisĂ© dans le dĂ©polissage du verre. Substance dangereuse pour l’environnement !
 

Mousse de verre

Voir : Verre cellulaire.

 

Bord biseauté

Bord formant un angle non droit. (AbrĂ©viation DIN : FK)

Verre teinté

Verre coloré

Verre incolore

Verre utilisé dans les applications optiques, présentant une teneur réduite en fer afin de minimiser la teinte verdâtre.

Lithographie en couleur

Coloration verdâtre des verres sodocalciques, rĂ©sultant de la prĂ©sence d’oxyde de fer en faible quantitĂ© dans les matières premières naturelles. Ce phĂ©nomène ne constitue aucunement un dĂ©faut de fabrication. 

Verre Ă  vitre

1. Ancienne dĂ©nomination du verre plat Ă©tirĂ© par traitement mĂ©canique (verre plat, verre miroir) (voir DIN 1249, partie 1)
2. Ancienne indication d’épaisseur nominale du verre Ă  vitre : ED/MD/DD Par ordre d’épaisseur croissante, on trouve : verre fin - verre Ă  vitre EE, MD, DD - verre Ă©pais

RĂ©sistant au feu

DĂ©nomination dĂ©sormais interdite (anciennement intĂ©grĂ©e Ă  l'Ă©dition de 1972 de la norme DIN 4102).

Ignifugé

DĂ©nomination dĂ©sormais interdite (anciennement intĂ©grĂ©e Ă  l'Ă©dition de 1972 de la norme DIN 4102). Également : rĂ©sistant au feu, hautement rĂ©sistant au feu 

Polissage au feu

Finition de la surface vitrĂ©e par traitement thermique spĂ©cial. Également appelĂ© « Ă©chauffement Â». 

Verre de protection incendie

Terme gĂ©nĂ©rique regroupant les verres contrĂ´lĂ©s, rĂ©pondant aux exigences de la classe de rĂ©sistance au feu. 

Classes de résistance au feu (pour les vitrages)

DIN 4102

a) Classe de rĂ©sistance au feu G. PrĂ©vention de la pĂ©nĂ©tration du feu sur une certaine durĂ©e.

b) Classe de rĂ©sistance au feu F. PrĂ©vention additionnelle du rayonnement thermique.

c) Classe de rĂ©sistance au feu T. Vitrages dans les portes ; rĂ©pond aux exigences de la classe F. Voir DurĂ©e de rĂ©sistance au feu  

Durée de résistance au feu

DurĂ©e de rĂ©sistance au feu associĂ©e aux diffĂ©rentes classes de rĂ©sistance au feu, correspondant au temps pendant lequel le matĂ©riau doit rĂ©sister (30, 60, 90, 120, 180, 240 minutes). 

Test par le feu

Test permettant de mettre en Ă©vidence le revĂŞtement des plaques d’un verre MIG (rĂ©vĂ©lation par une diffĂ©rence de reflet d’une flamme)  

Verres filtrants

Verres prĂ©sentant des propriĂ©tĂ©s de filtrage des rayonnements. 

FIRESWISS

Verre de protection incendie de Glas Trösch. 

Grammage

Un mètre-carrĂ© de verre flottĂ© prĂ©sente une masse de 2,5 kg par millimètre d’épaisseur (verre armĂ© : 2,6 kg). 

Verre plat

DĂ©signation commune Ă  tous les verres (la plupart, des verres silicates sodocalciques ou borosilicates) prĂ©sentant deux faces parallèles. GĂ©nĂ©ralement produit par procĂ©dĂ© flottĂ© (processus de fabrication du verre flottĂ©). 

Transmission indirecte

DĂ©signe la propagation du son par l’ensemble des Ă©lĂ©ments reliĂ©s Ă  la fenĂŞtre. Également transmission dĂ©rivĂ©e. 

Verre flint

Verre optique, Ă  teneur en oxyde de plomb, DIN 58925, partie 1.
  

Verre flotté

1. Produits Ă  base de verre plat fabriquĂ©s selon le procĂ©dĂ© flottĂ©. Le terme « flottĂ© Â» fait rĂ©fĂ©rence au refroidissement du verre liquide en suspension sur un bain d’étain, afin d’obtenir la surface la plus plane possible.

2. Dénomination actuelle du verre miroir, qui n’est pas encore reconnue par la normalisation.
 
  

Fondant

Additifs ajoutés au mélange verrier (soude, potasse) entraînant la diminution de la température de fusion.
  
  

Acide fluorhydrique

Solution aqueuse de fluorure d’hydrogène. Traitement de surface entraĂ®nant un fort retrait de surface. UtilisĂ© dans le dĂ©polissage du verre. Substance dangereuse pour l’environnement !
  
  

Mousse de verre

Voir : Verre cellulaire.
  
  

Installations tout verre 

Constructions de verre dont les vitrages sont entièrement ou partiellement dépourvus de cadre.
 

Porte tout verre

Porte de verre sans cadre.
 

Verre d’horticulture 

Terme gĂ©nĂ©rique dĂ©signant le verre plat utilisĂ© dans le secteur horticole. Vitrage incolore de jardin DIN 11525 ; vitrage de jardin non teintĂ© DIN 11526.
 

Verre bombé

 

Verre plat chauffé dans un four de bombage (le plus souvent du verre trempé de sécurité).
 

Bord chanfreiné

Bord formant un angle de 45 degrĂ©s avec la surface vitrĂ©e.
 

MĂ©lange

Mélange des matières premières et du calcin, à partir duquel est fabriqué le verre plat.
 

Degré de perméabilité énergétique globale

 Valeur g selon la norme DIN 67507 ; exprime la quantitĂ© de rayonnement solaire (plage de longueurs d’onde de 300 nm Ă  2500 nm) pĂ©nĂ©trant effectivement dans la pièce. Elle intègre par consĂ©quent le rayonnement direct ( ) et l’entrĂ©e de chaleur gĂ©nĂ©rĂ©e par le rĂ©chauffement de la vitre (q) (dĂ©gagement de chaleur secondaire vers l’intĂ©rieur rĂ©sultant du rayonnement prolongĂ© et de la convection). La valeur est exprimĂ©e sous forme de pourcentage. g =   + q 
 

Bord arasé

Section de coupe franche avec arêtes cassées. (Voir également Finition des bords)
 

Bord rodé

Bord traité par meulage sur toute la surface. Aspect mat, points dénudés et esquilles admis. Voir également Finition des bords
Bord coupĂ© Bord droit sans finition spĂ©ciale (section de coupe). (Voir Ă©galement Finition des bords)
 

Coins tronqués

Ponçage des coins de plaque.
 

Poids

Voir sous « DensitĂ© Â» ou « Grammage Â»
 

Verre

Produit de fonte anorganique, figé principalement sans cristallisation. Au sens thermodynamique, le verre est un liquide gelé sous-refroidi.
 

Types de verre

Verres dont la composition chimique diffère (DIN 1259)
 

Brique de verre

ÉlĂ©ment de verre creux parallĂ©lĂ©pipĂ©dique (DIN 18175)
 

Tuile de verre

Également : Tuile de toiture en verre. Tuile de toiture transparente pressĂ©e en verre. Description et forme correspondant aux tuiles ordinaires en terre.
 

Tuile de toiture en verre

Également : Tuile de verre. Tuile de toiture transparente pressĂ©e en verre. Description et forme correspondant aux tuiles ordinaires en terre.
 

Poids du verre

Voir sous « DensitĂ© Â» ou « Grammage Â»

 

<><re></re></>

Gravure sur verre

Traitement de surface localisé à l'aide d’outils d’usinage fins.
 

Bords du verre

Limites pĂ©riphĂ©riques d’une plaque de verre et surface sĂ©parant les limites des deux surfaces d’une plaque. DIN 1249, partie 11.
 

Vitrocéramique

Produit à base de verre présentant une haute résistance aux changements de température. Elle est produite à partir d’un traitement thermique spécifiquement contrôlé (premier temps de maintien à température de nucléation, deuxième temps de maintien à température de cristallisation) de manière à ce que le verre cristallise en partie (dévitrification).
 

Canne Ă  souffler

Long tube métallique servant au soufflage du verre fondu en corps creux verriers.
 

Mortier pour verre

Masse plastique à durcissement rapide, généralement à deux composants, servant au remplissage des trous entre les perçages et les boulons de fixation ponctuelle, offrant une meilleure complémentarité de forme et une meilleure adhérence.
 

Prisme de verre

Ancienne dénomination des panneaux de verre.
 

Estampe

= Gravure sur verre
 

Polissage du verre

Traitement de surface du verre par usinage (finition des bords, traitement de surface).
 

Raidisseur de verre 

Élément de renfort d’une construction porteuse en verre feuilleté de sécurité. Souvent associé aux fixations ponctuelles.
 

Brique de verre 

ÉlĂ©ment de verre creux parallĂ©lĂ©pipĂ©dique, voir DIN 18175
 

Glas Trösch Design 

Meubles en verre
Vitrines, tables, lampes, parois rétractables, etc.
 

Finition du verre

Traitement ultérieur du verre à des fins d'adéquation à un usage particulier.
 

Ciment de verre 

Liant souvent formé de deux composants servant au collage des éléments de verre.

 

GMI (communauté de biens du verre isolant multicouches)

La GMI est une communautĂ© de biens liĂ©e Ă  la fĂ©dĂ©ration du verre plat, qui distribue les labels de qualitĂ© RAL aux produits en verre isolant de haute qualitĂ©. L'audit externe de la production par un organisme de contrĂ´le mandatĂ© par la GMI garantit la qualitĂ© supĂ©rieure des produits. Les normes allemandes doivent ĂŞtre harmonisĂ©es avec les normes europĂ©ennes. L'obtention prĂ©alable du marquage CE est obligatoire.
La GMI est reconnaissable au logo suivant :


 

Verre étiré de restauration

Verre soufflé à la bouche, légèrement étiré.
 

Teinte verte 

Coloration verdâtre des verres sodocalciques, résultant de la présence d’oxyde de fer en faible quantité dans les matières premières naturelles. Ce phénomène ne constitue aucunement un défaut de fabrication.
 

Verre coulé antique

Verre ornemental de caractère antique.
 

Verre coulé

Verre coulĂ© et laminĂ©, offrant une protection contre les regards indiscrets, pouvant inclure une armature en treillis. Voir DIN 1249, partie 4, liste des rĂ©glementations applicables au bâtiment A 11.2
 

Valeur g

Voir Degré de perméabilité énergétique globale

 

Installations tout verre

Constructions de verre dont les vitrages sont entièrement ou partiellement dépourvus de cadre.
  
  

Porte tout verre

Porte de verre sans cadre.
  
  

Verre d’horticulture

Terme gĂ©nĂ©rique dĂ©signant le verre plat utilisĂ© dans le secteur horticole. Vitrage incolore de jardin DIN 11525 ; vitrage de jardin non teintĂ© DIN 11526.
  
  

Verre bombé

Verre plat chauffé dans un four de bombage (le plus souvent du verre trempé de sécurité).
  
  

Bord chanfreiné

Bord formant un angle de 45 degrĂ©s avec la surface vitrĂ©e.
  
  

MĂ©lange

Mélange des matières premières et du calcin, à partir duquel est fabriqué le verre plat.
  
  

Degré de perméabilité énergétique globale (valeur&nbsp;g)

Valeur g (selon la norme DIN 67507 ) ; exprime la quantitĂ© d’énergie tirĂ©e du rayonnement solaire pĂ©nĂ©trant dans la pièce Ă  travers le vitrage (plage de longueurs d’onde de 300 nm Ă  2500 nm).

Plus la valeur g est Ă©levĂ©e, plus l'apport d’énergie, et donc de chaleur, est important. Cette valeur est utilisĂ©e pour dĂ©terminer les besoins en verre de protection solaire.

Le vitrage de protection thermique s’impose en effet dans de nombreux cas d’applications les plus variés, notamment dans les bâtiments présentant d'importantes surfaces vitrées tels que les jardins d’hiver ou les immeubles d’habitation aux vitrages imposants, afin d’éviter la surchauffe du bâtiment sous les rayons du soleil en été. Le choix d’un revêtement approprié permet également de réduire la facture d’énergie liée à la climatisation.

Bord arasé

Section de coupe franche avec arêtes cassées. (Voir également Finition des bords)
  
  

Bord rodé

Bord traité par meulage sur toute la surface. Aspect mat, points dénudés et esquilles admis. Voir également Finition des bords
Bord coupé Bord droit sans finition spéciale (section de coupe). (Voir également Finition des bords)
  
  

Coins tronqués

Ponçage des coins de plaque.
  
  

Poids

Voir sous « DensitĂ© Â» ou « Grammage Â»
  
  

Verre

Produit de fonte anorganique, figé principalement sans cristallisation. Au sens thermodynamique, le verre est un liquide gelé sous-refroidi.
  
  

Types de verre

Verres dont la composition chimique diffère (DIN 1259)
  
  

Brique de verre

ÉlĂ©ment de verre creux parallĂ©lĂ©pipĂ©dique (DIN 18175)
  
  

Tuile de verre

Également : Tuile de toiture en verre. Tuile de toiture transparente pressĂ©e en verre. Description et forme correspondant aux tuiles ordinaires en terre.
  
  

Tuile de toiture en verre

Également : Tuile de verre. Tuile de toiture transparente pressĂ©e en verre. Description et forme correspondant aux tuiles ordinaires en terre.
  
  

Poids du verre

Voir sous « DensitĂ© Â» ou « Grammage Â»
  
  

Gravure sur verre

Traitement de surface localisé à l'aide d’outils d’usinage fins.
  
  

Bords du verre

Limites pĂ©riphĂ©riques d’une plaque de verre et surface sĂ©parant les limites des deux surfaces d’une plaque. DIN 1249, partie 11.
  
  

Vitrocéramique

Produit à base de verre présentant une haute résistance aux changements de température. Elle est produite à partir d’un traitement thermique spécifiquement contrôlé (premier temps de maintien à température de nucléation, deuxième temps de maintien à température de cristallisation) de manière à ce que le verre cristallise en partie (dévitrification).
  
  

Canne Ă  souffler

Canne Ă  souffler

Long tube métallique servant au soufflage du verre fondu en corps creux verriers.
  
  

Mortier pour verre

Masse plastique à durcissement rapide, généralement à deux composants, servant au remplissage des trous entre les perçages et les boulons de fixation ponctuelle, offrant une meilleure complémentarité de forme et une meilleure adhérence.
 
  
  

Prisme de verre

Ancienne dénomination des panneaux de verre.
 
  
  

Estampe

= Gravure sur verre
 
  
  

Polissage du verre

Traitement de surface du verre par usinage (finition des bords, traitement de surface).
 
  
  

Raidisseur de verre

Élément de renfort d’une construction porteuse en verre feuilleté de sécurité. Souvent associé aux fixations ponctuelles.
 
  
  

Brique de verre

ÉlĂ©ment de verre creux parallĂ©lĂ©pipĂ©dique, voir DIN 18175
 
  
  

Glas Trösch Design

Meubles en verre
Vitrines, tables, lampes, parois rétractables, etc.
 
  
  

Finition du verre

Traitement ultérieur du verre à des fins d'adéquation à un usage particulier.
 
  
  

Ciment de verre

Liant souvent formé de deux composants servant au collage des éléments de verre.
 
  
  

GMI (communauté de biens du verre isolant multicouches)

La GMI est une communautĂ© de biens liĂ©e Ă  la fĂ©dĂ©ration du verre plat, qui distribue les labels de qualitĂ© RAL aux produits en verre isolant de haute qualitĂ©. L'audit externe de la production par un organisme de contrĂ´le mandatĂ© par la GMI garantit la qualitĂ© supĂ©rieure des produits. Les normes allemandes doivent ĂŞtre harmonisĂ©es avec les normes europĂ©ennes. L'obtention prĂ©alable du marquage CE est obligatoire.
La GMI est reconnaissable au logo suivant :
 
  
  

Verre étiré de restauration

Verre soufflé à la bouche, légèrement étiré.
 
  
  

Teinte verte

Coloration verdâtre des verres sodocalciques, résultant de la présence d’oxyde de fer en faible quantité dans les matières premières naturelles. Ce phénomène ne constitue aucunement un défaut de fabrication.
 
  
  

Verre coulé antique

Verre ornemental de caractère antique.
 
  
  

Verre coulé

Verre coulĂ© et laminĂ©, offrant une protection contre les regards indiscrets, pouvant inclure une armature en treillis. Voir DIN 1249, partie 4, liste des rĂ©glementations applicables au bâtiment A 11.2
 
  
  

Verre durci

Ancienne dĂ©nomination du verre trempĂ© de sĂ©curitĂ© spĂ©cial. (Remarque : le verre trempĂ© de sĂ©curitĂ© ne se distingue pas par une duretĂ© accrue)
 

Test Heat-Soak

 Test de stockage Ă  haute tempĂ©rature du verre trempĂ© de sĂ©curitĂ© consistant Ă  maintenir le verre pendant 8 heures Ă  une tempĂ©rature de four moyenne de 290 Â°C (±10 K). Il doit conduire Ă  la transformation haute tempĂ©rature-basse tempĂ©rature des inclusions de sulfure de nickel, pouvant conduire Ă  la rupture spontanĂ©e. ExigĂ© notamment pour les vitrages antichutes, les vitres de façade et les vitrages linĂ©aires non quadrilatĂ©raux en verre trempĂ© de sĂ©curitĂ©.
 

Test de stockage à haute température

Voir Test Heat-Soak
 

Vitres chauffantes

 Vitrage pouvant ĂŞtre chauffĂ© par le biais d’une armature conductrice ou d’une couche spĂ©ciale intĂ©grĂ©e (lunette arrière chauffante dans les automobiles)
 

Peinture sur verre

Production artistique consistant Ă  peindre sur le verre.
 

Verre résistant à la chaleur

Verre borosilicate présentant un faible coefficient de dilatation et une haute résistance aux changements de température.
 

Cristal Ă  forte teneur en plomb

Voir Cristal de plomb
 

Hautement résistant au feu

DĂ©nomination dĂ©sormais interdite (anciennement intĂ©grĂ©e Ă  l'Ă©dition de 1972 de la norme DIN 4102).
 

Test HS

Voir Test Heat-Soak

Verre durci

Ancienne dĂ©nomination du verre trempĂ© de sĂ©curitĂ© spĂ©cial. (Remarque : le verre trempĂ© de sĂ©curitĂ© ne se distingue pas par une duretĂ© accrue)
 
  
  

Test Heat-Soak

Test de stockage Ă  haute tempĂ©rature du verre trempĂ© de sĂ©curitĂ© consistant Ă  maintenir le verre pendant 8 heures Ă  une tempĂ©rature de four moyenne de 290 Â°C (±10 K). Il doit conduire Ă  la transformation haute tempĂ©rature-basse tempĂ©rature des inclusions de sulfure de nickel, pouvant conduire Ă  la rupture spontanĂ©e. ExigĂ© notamment pour les vitrages antichutes, les vitres de façade et les vitrages linĂ©aires non quadrilatĂ©raux en verre trempĂ© de sĂ©curitĂ©.
 
 
 
  
  

Test de stockage à haute température

Voir Test Heat-Soak
 
  
  

Vitres chauffantes

Vitrage pouvant être chauffé par le biais d’une armature conductrice ou d’une couche spéciale intégrée (lunette arrière chauffante dans les automobiles)
 
  
  

Peinture sur verre

Production artistique consistant Ă  peindre sur le verre.
 
  
  

Verre résistant à la chaleur

Verre borosilicate présentant un faible coefficient de dilatation et une haute résistance aux changements de température.
 
  
  

Cristal Ă  forte teneur en plomb

Voir Cristal de plomb
 
  
  

Hautement résistant au feu

DĂ©nomination dĂ©sormais interdite (anciennement intĂ©grĂ©e Ă  l'Ă©dition de 1972 de la norme DIN 4102).
  
  

Test HS

Voir Test Heat-Soak
  
  

Perméabilité au rayonnement infrarouge

Les verres non teintĂ©s offrent une transmission de lumière Ă©levĂ©e dans la plage de longueurs d’onde de 780 Ă  2800 nm (dĂ©croissant de 780 Ă  2800 nm). Les verres sodocalciques prĂ©sentent une bande d'absorption Ă  2,85 m.
 

Formation d’îlots (bris)

On parle de formation d’îlots de verre lorsque les arêtes de rupture n'atteignent pas les arêtes de la vitre. Ce phénomène s’observe fréquemment dans le verre durci.
 

Intercept

Intercalaire (comparable au profilĂ© en U) rĂ©duisant l’importance du pont thermique, souvent en acier.
 

Phénomènes d’interférences

Également connus sous l’appellation « points de Newton Â». Influence rĂ©ciproque entre plusieurs surfaces vitrĂ©es et les rayons lumineux. Ce phĂ©nomène ne constitue aucunement un dĂ©faut de fabrication.
 

Irisation

Perception des couleurs de l’arc-en-ciel à la surface du verre (résultant en partie de la dégradation de la surface). Peut également être induite volontairement par un revêtement spécial.
 

Verre isolant

Voir : Verre isolant multicouches.

Perméabilité au rayonnement infrarouge

Les verres non teintĂ©s offrent une transmission de lumière Ă©levĂ©e dans la plage de longueurs d’onde de 780 Ă  2800 nm (dĂ©croissant de 780 Ă  2800 nm). Les verres sodocalciques prĂ©sentent une bande d'absorption Ă  2,85 m.
 
  
  

Formation d’îlots (bris)

On parle de formation d’îlots de verre lorsque les arêtes de rupture n'atteignent pas les arêtes de la vitre. Ce phénomène s’observe fréquemment dans le verre durci.
 
  
  

Intercept

Intercalaire (comparable au profilĂ© en U) rĂ©duisant l’importance du pont thermique, souvent en acier.
 
  
  

Phénomènes d’interférences

Également connus sous l’appellation « points de Newton Â». Influence rĂ©ciproque entre plusieurs surfaces vitrĂ©es et les rayons lumineux. Ce phĂ©nomène ne constitue aucunement un dĂ©faut de fabrication.
 
  
  

Irisation

Perception des couleurs de l’arc-en-ciel à la surface du verre (résultant en partie de la dégradation de la surface). Peut également être induite volontairement par un revêtement spécial.
 
 
  
  

Verre isolant

Voir : Verre isolant multicouches.
 
  
  

Bord calibré

Voir : Finition des bords

Bord calibré

Voir : Finition des bords
 
  
  

Verre sodocalcique

Verre standard représentant le type de verre le plus répandu. C'est le verre le plus couramment utilisé dans la fabrication des verres creux de conditionnement (bouteilles et verres) et du verre plat (pour fenêtres et miroirs). Pour marquer la distinction avec le verre trempé (verre cristal), le verre sodocalcique est également appelé verre souple.
 

Bord (du verre)

Bord droit coupĂ© Ă  environ 90 Â° de la surface du verre (section de coupe). Voir : Finition des bords

 

Finition des bords

Bord coupĂ© (abrĂ©viation selon DIN 1249-12 : KG
Bord arasĂ© (abrĂ©viation selon DIN 1249-12 : KGS)Bord Ă©grisĂ© dans la masse (calibrĂ©) (abrĂ©viation selon DIN 1249-12 : KMG)
Bord rodĂ© (ajustĂ©) (abrĂ©viation selon DIN 1249-12 : KGN
Bord poli (abrĂ©viation selon DIN 1249-12 : KPO)
 

FenĂŞtre Ă  caisson

Fenêtre double constituée d’un battant intérieur et d’un battant extérieur à simple vitrage. Encore courante dans les anciennes constructions.
 

Effet Katheder

Du nom de Friedrich Katheder qui a Ă©tudiĂ© Ă©troitement l'assemblage des plaques d’un verre MIG sĂ©parĂ©es par un volume d'air. La charge superficielle des plaques individuelles est rĂ©partie sur l’ensemble.
 

Verre cathédrale

Verre coulé présentant une structure martelée.
 

Verre de quartz

Verre prĂ©sentant une teneur Ă  100 % de SiO2, une haute rĂ©sistance aux changements de tempĂ©rature et une permĂ©abilitĂ© accrue aux rayons UV.
 

Kilogramme-force ou kilogramme-poids (kgf ou kp)

UnitĂ© de mesure de la force (conversion : 1 kp = 9,81 N. Valeur de calcul : 10 N)
 

Charge climatique

Détermination de la pression différentielle induite par les conditions climatiques dans l’espace intercalaire d’un verre MIG. Peut être dépassée occasionnellement de plusieurs kN/m² en raison de la charge induite par la neige ou la charge due au vent. Les charges climatiques doivent être prises en compte dans le dimensionnement des verres MIG selon les nouvelles Règles techniques pour les vitrages de forme linéaire.
 

Certification KOMO

La certification KOMO est une dĂ©claration et garantie de conformitĂ© attestant de la qualitĂ© supĂ©rieure des verres isolants, en accord avec la rĂ©glementation nĂ©erlandaise. Un audit externe annuel de la production atteste du maintien d’une qualitĂ© exigeante et peut conditionner l’attribution de subventions publiques. Les normes nĂ©erlandaises sont en adĂ©quation avec les normes europĂ©ennes (NEN1096 = EN 1096). L'obtention prĂ©alable du marquage CE est obligatoire.
La certification KOMO est reconnaissable au logo suivant :

Cohésion

Cohérence physique intrinsèque d’un matériau.
 

Eau de condensation

Résultat de l’entrée en contact de l’humidité contenue dans l'air avec des éléments froids (phénomène de pont thermique) lorsque le taux d’humidité maximal est dépassé. S’observe notamment sur les verres d’isolation thermique à fort pouvoir isolant lors des phases transitoires (formation de buée sur la vitre extérieure).
 

Concave

Incurvé vers l’intérieur.
 

Convexe

Incurvé vers l’extérieur.
 

Verre cristal

Désignation générique de la plupart des verres creux polis contenant généralement du plomb.
 

Verre miroir cristal

Anciennement : verre coulĂ© laminĂ©, poli des deux cĂ´tĂ©s. Aujourd’hui : verre miroir produit par procĂ©dĂ© flottĂ©.
 

Verre crown

Groupe de verres optiques, DIN 58925, partie 1.
 

Crypton

Gaz rare utilisĂ© dans le remplissage pour l'amĂ©lioration de la valeur k dans le verre MIG.

Verre sodocalcique

Verre standard représentant le type de verre le plus répandu. C'est le verre le plus couramment utilisé dans la fabrication des verres creux de conditionnement (bouteilles et verres) et du verre plat (pour fenêtres et miroirs). Pour marquer la distinction avec le verre trempé (verre cristal), le verre sodocalcique est également appelé verre souple.
 
 
  
  

Bord (du verre)

Bord droit coupĂ© Ă  environ 90 Â° de la surface du verre (section de coupe). Voir : Finition des bords
 
 
  
  

Finition des bords

Bord coupĂ© (abrĂ©viation selon DIN 1249-12 : KG
Bord arasĂ© (abrĂ©viation selon DIN 1249-12 : KGS)Bord Ă©grisĂ© dans la masse (calibrĂ©) (abrĂ©viation selon DIN 1249-12 : KMG)
Bord rodĂ© (ajustĂ©) (abrĂ©viation selon DIN 1249-12 : KGN
Bord poli (abrĂ©viation selon DIN 1249-12 : KPO)
 
 
 
  
  

FenĂŞtre Ă  caisson

Fenêtre double constituée d’un battant intérieur et d’un battant extérieur à simple vitrage. Encore courante dans les anciennes constructions.
 
 
  
  

Effet Katheder

Du nom de Friedrich Katheder qui a Ă©tudiĂ© Ă©troitement l'assemblage des plaques d’un verre MIG sĂ©parĂ©es par un volume d'air. La charge superficielle des plaques individuelles est rĂ©partie sur l’ensemble.
 
 
 
  
  

Verre cathédrale

Verre coulé présentant une structure martelée
 
 
  
  

Verre de quartz

Verre prĂ©sentant une teneur Ă  100 % de SiO2, une haute rĂ©sistance aux changements de tempĂ©rature et une permĂ©abilitĂ© accrue aux rayons UV.
 
 
  
  

Kilogramme-force ou kilogramme-poids (kgf ou kp)

UnitĂ© de mesure de la force (conversion : 1 kp = 9,81 N. Valeur de calcul : 10 N)
 
 
  
  

Certification KOMO

La certification KOMO est une dĂ©claration et garantie de conformitĂ© attestant de la qualitĂ© supĂ©rieure des verres isolants, en accord avec la rĂ©glementation nĂ©erlandaise. Un audit externe annuel de la production atteste du maintien d’une qualitĂ© exigeante et peut conditionner l’attribution de subventions publiques. Les normes nĂ©erlandaises sont en adĂ©quation avec les normes europĂ©ennes (NEN1096 = EN 1096). L'obtention prĂ©alable du marquage CE est obligatoire.
La certification KOMO est reconnaissable au logo suivant :


 
 
 
  
  

Cohésion

Cohérence physique intrinsèque d’un matériau.
 
 
  
  

Eau de condensation

Résultat de l’entrée en contact de l’humidité contenue dans l'air avec des éléments froids (phénomène de pont thermique) lorsque le taux d’humidité maximal est dépassé. S’observe notamment sur les verres d’isolation thermique à fort pouvoir isolant lors des phases transitoires (formation de buée sur la vitre extérieure).
 
 
 
  
  

Concave

Incurvé vers l’intérieur.
 
 
  
  

Convexe

Incurvé vers l’extérieur.
 
 
  
  

Verre cristal

Désignation générique de la plupart des verres creux polis contenant généralement du plomb.
 
 
  
  

Verre miroir cristal

Anciennement : verre coulĂ© laminĂ©, poli des deux cĂ´tĂ©s. Aujourd’hui : verre miroir produit par procĂ©dĂ© flottĂ©.
 
 
  
  

Verre crown

Groupe de verres optiques, DIN 58925, partie 1.
 
 
  
  

Crypton

Gaz rare utilisĂ© dans le remplissage pour l'amĂ©lioration de la valeur k dans le verre MIG.
 
 
  
  

Brique de verre à guidage de lumière

Brique de verre dont la surface est travaillée pour guider la lumière
 

Atténuation de lumière

 AttĂ©nuation de la pĂ©nĂ©tration de lumière par absorption ou rĂ©flexion.
 

Dispersion lumineuse

Dispersion de la lumière entrante par diffusion ou réflexion.
 

Transmission lumineuse / Perméabilité à la lumière

La transmission lumineuse exprime le taux de rayonnement visible traversant directement une vitre dans la plage de longueurs d’onde de la lumière visible de 380 nm Ă  780 nm, d’après la photosensibilitĂ© spectrale de l'Ĺ“il humain. Elle est indiquĂ©e sous la forme d’un pourcentage et dĂ©pend entre autres grandement de l’épaisseur du verre. Des variations insignifiantes peuvent ĂŞtre observĂ©es selon la teneur en oxyde de fer du verre. Le verre flottĂ© en simple vitrage prĂ©sente ainsi une transmission de lumière de 90 % dans la plage spectrale visible. Le verre isolant sans revĂŞtement, composĂ© de deux plaques de verre flottĂ©, prĂ©sente une transmission de lumière d’environ 80 %. Le verre isolant revĂŞtu prĂ©sente une transmission de lumière d’environ 75 Ă  80 %
 

Valeur k linĂ©aire

Coefficient de dĂ©perdition due aux ponts thermiques (autre dĂ©nomination : Valeur Psi) Permet d’évaluer l’importance du pont thermique d’une fenĂŞtre.

Briques d'aération

Voir : Tuiles de ventilation.
 

LUXAR

Verre antireflet de Glas Trösch

Brique de verre à guidage de lumière

Brique de verre dont la surface est travaillée pour guider la lumière
 
 
  
  

Atténuation de lumière

Atténuation de la pénétration de lumière par absorption ou réflexion.
 
 
  
  

Dispersion lumineuse

Dispersion de la lumière entrante par diffusion ou réflexion.
 
 
  
  

Transmission lumineuse / Perméabilité à la lumière

La transmission lumineuse exprime le taux de rayonnement visible traversant directement une vitre dans la plage de longueurs d’onde de la lumière visible de 380 nm Ă  780 nm, d’après la photosensibilitĂ© spectrale de l'Ĺ“il humain. Elle est indiquĂ©e sous la forme d’un pourcentage et dĂ©pend entre autres grandement de l’épaisseur du verre. Des variations insignifiantes peuvent ĂŞtre observĂ©es selon la teneur en oxyde de fer du verre. Le verre flottĂ© en simple vitrage prĂ©sente ainsi une transmission de lumière de 90 % dans la plage spectrale visible. Le verre isolant sans revĂŞtement, composĂ© de deux plaques de verre flottĂ©, prĂ©sente une transmission de lumière d’environ 80 %. Le verre isolant revĂŞtu prĂ©sente une transmission de lumière d’environ 75 Ă  80 %
 
 
 
  
  

Valeur&nbsp;k linéaire

Coefficient de dĂ©perdition due aux ponts thermiques (autre dĂ©nomination : Valeur Psi) Permet d’évaluer l’importance du pont thermique d’une fenĂŞtre.
 
 
  
  

Briques d'aération

Voir : Tuiles de ventilation.
 
 
  
  

LUXAR

Verre antireflet de Glas Trösch
 
 
  
  

Verre étiré en machine

Ancienne dénomination du verre à vitre étiré par traitement mécanique.
 

Bord égrisé dans la masse

 Bord traitĂ© par meulage sur toute la surface. Aspect mat, points dĂ©nudĂ©s et esquilles admis. (Voir Ă©galement Finition des bords)
 

Master carré

Verre coulé spécial (aspect gaufré, petits carrés)
 

Master ligne

Verre coulé spécial (tracés linéaires)
 

Master Ray

Verre coulé spécial (aspect gaufré, petits rectangles)
 

Appariement

Harmonisation des teintes entre les vitres de façade et les fenêtres en façade tenant compte de l’influence de la lumière (avec ou sans éclairage intérieur)
 

Givrage

 Voir : DĂ©polissage
 

Verre mat

Verre plat dépoli par sablage ou à l’acide sur une ou les deux faces. Haute sensibilité à l’encrassement. Pour le verre feuilleté de sécurité, l’effet mat est obtenu par application d’un film mat.
 

DĂ©polissage

Traitement de surface du verre par dépolissage, sablage ou meulage.
 

MD

Ancienne dĂ©nomination de l’épaisseur nominale du verre Ă  vitre de 2,8 mm d’épaisseur (Ă©paisseur moyenne) de production industrielle. Par ordre d’épaisseur croissante, on trouve : verre fin - verre Ă  vitre EE, MD, DD - verre Ă©pais
 

Verre isolant multicouches, abrĂ©viation : MIG.

UnitĂ©s de vitrage rĂ©sultant de l’assemblage de plusieurs plaques de verres sĂ©parĂ©es l’une de l'autre par un espace intercalaire. Les profils intercalaires garantissent l’écartement entre les plaques. L’espace intercalaire peut ĂŞtre rempli d'air sec ou de gaz et mĂ©langes de gaz ; les unitĂ©s sont Ă©tanches Ă  l’humiditĂ© et Ă  l’air sur tout le pourtour et reliĂ©es entre elles par des matĂ©riaux de scellement organiques. (Les bords Ă©taient parfois partiellement soudĂ©s) MIG Ă  remplissage d'air : Liste des rĂ©glementations applicables au bâtiment §A 11.5.1/2 (DIN 1286-1) MIG Ă  remplissage d'air avec revĂŞtement : Liste des rĂ©glementations applicables au bâtiment §A 11.7 (DIN 1286-1) MIG Ă  remplissage de gaz avec revĂŞtement : Liste des rĂ©glementations applicables au bâtiment §A 11.6 (DIN 1286-2) DiffĂ©rence d’épaisseur du verre isolant (plaques et espaces intercalaires) : ± 1 mm
 

Vitrage au laiton

Vitrage intégrant des croisillons en laiton ou baguettes de plomb recouvertes de laiton.
 

MIG

Abréviation désignant le verre isolant multicouche.
 

Verre opale plaqué

Verre incolore présentant l'aspect d’un dépôt laiteux (plaquage).
 

Verre millefiori :

Verre obtenu par la fusion de baguettes de verre multicolores juxtaposĂ©es et englobĂ©es dans une masse de verre non teintĂ©. Finition artistique (aspect le plus frĂ©quent : Presse-papiers) MĂ©thode connue depuis env. l'an 1000 avant J.-C.
 

Vitre modèle

Tout format de vitre différent du carré ou du rectangle.
 

Verre crown (disque lunaire)

Plaque de verre de forme ronde soufflĂ©e Ă  la bouche d’environ 1 mètre de diamètre.
 

Monolithique

Structure de plaque simple et homogène (par opposition à l’assemblage de plaques dans les structures feuilletées par exemple)
 

Soufflage Ă  la bouche

Fabrication du verre à l'aide d’une canne à souffler. Encore utilisé dans la fabrication de nombreux verres teintés et spéciaux, notamment dans l’artisanat.

Verre étiré en machine

Ancienne dénomination du verre à vitre étiré par traitement mécanique.
 
 
  
  

Bord égrisé dans la masse

Bord traité par meulage sur toute la surface. Aspect mat, points dénudés et esquilles admis. (Voir également Finition des bords)
 
 
  
  

Master carré

Verre coulé spécial (aspect gaufré, petits carrés)
 
 
  
  

Master ligne

Verre coulé spécial (tracés linéaires)
 
 
  
  

Master Ray

Verre coulé spécial (aspect gaufré, petits rectangles)
 
 
  
  

Appariement

Harmonisation des teintes entre les vitres de façade et les fenêtres en façade tenant compte de l’influence de la lumière (avec ou sans éclairage intérieur)
 
 
 
  
  

Givrage

Voir : DĂ©polissage
 
 
  
  

Verre mat

Verre plat dépoli par sablage ou à l’acide sur une ou les deux faces. Haute sensibilité à l’encrassement. Pour le verre feuilleté de sécurité, l’effet mat est obtenu par application d’un film mat.
 
 
 
  
  

DĂ©polissage

Traitement de surface du verre par dépolissage, sablage ou meulage.
 
 
  
  

MD

Ancienne dĂ©nomination de l’épaisseur nominale du verre Ă  vitre de 2,8 mm d’épaisseur (Ă©paisseur moyenne) de production industrielle. Par ordre d’épaisseur croissante, on trouve : verre fin - verre Ă  vitre EE, MD, DD - verre Ă©pais
 
 
 
 
  
  

Verre isolant multicouches, abréviation&nbsp;: MIG.

 

UnitĂ©s de vitrage rĂ©sultant de l’assemblage de plusieurs plaques de verres sĂ©parĂ©es l’une de l'autre par un espace intercalaire. Les profils intercalaires garantissent l’écartement entre les plaques. L’espace intercalaire peut ĂŞtre rempli d'air sec ou de gaz et mĂ©langes de gaz ; les unitĂ©s sont Ă©tanches Ă  l’humiditĂ© et Ă  l’air sur tout le pourtour et reliĂ©es entre elles par des matĂ©riaux de scellement organiques. (Les bords Ă©taient parfois partiellement soudĂ©s) MIG Ă  remplissage d'air : Liste des rĂ©glementations applicables au bâtiment §A 11.5.1/2 (DIN 1286-1) MIG Ă  remplissage d'air avec revĂŞtement : Liste des rĂ©glementations applicables au bâtiment §A 11.7 (DIN 1286-1) MIG Ă  remplissage de gaz avec revĂŞtement : Liste des rĂ©glementations applicables au bâtiment §A 11.6 (DIN 1286-2) DiffĂ©rence d’épaisseur du verre isolant (plaques et espaces intercalaires) : ± 1 mm
 
 
 
  
  

Vitrage au laiton

Vitrage intégrant des croisillons en laiton ou baguettes de plomb recouvertes de laiton.
 
 
  
  

MIG

Abréviation désignant le verre isolant multicouche.
 
 
  
  

Verre opale plaqué

Verre incolore présentant l'aspect d’un dépôt laiteux (plaquage).
 
 
  
  

Verre millefiori&nbsp;:

Verre obtenu par la fusion de baguettes de verre multicolores juxtaposĂ©es et englobĂ©es dans une masse de verre non teintĂ©. Finition artistique (aspect le plus frĂ©quent : Presse-papiers) MĂ©thode connue depuis env. l'an 1000 avant J.-C.
 
 
 
  
  

Vitre modèle

Tout format de vitre différent du carré ou du rectangle.
 
 
  
  

Verre crown (disque lunaire)

Plaque de verre de forme ronde soufflĂ©e Ă  la bouche d’environ 1 mètre de diamètre.
 
 
  
  

Monolithique

Structure de plaque simple et homogène (par opposition à l’assemblage de plaques dans les structures feuilletées par exemple)
 
 
  
  

Soufflage Ă  la bouche

Fabrication du verre à l'aide d’une canne à souffler. Encore utilisé dans la fabrication de nombreux verres teintés et spéciaux, notamment dans l’artisanat.
 
 
  
  

 

Finition de surface :

 Traitement ultĂ©rieur de la surface du verre plat par meulage, dĂ©polissage, sablage, cristallisation ou Ă©maillage.
 

OG

Polissage des bords spécial à l’aide de profilés concaves ou convexes
 

Opaque

Non transparent
 

Verre ornemental

Verre coulé avec finition spéciale de surface

 

Finition de surface&nbsp;:

Traitement ultérieur de la surface du verre plat par meulage, dépolissage, sablage, cristallisation ou émaillage.
 
 
  
  

OG

Polissage des bords spécial à l’aide de profilés concaves ou convexes
 
 
  
  

Opaque

Non transparent
 
 
  
  

Verre ornemental

Verre coulé avec finition spéciale de surface
 
 
  
  

Verre blindé

Ancienne dénomination du verre feuilleté de sécurité pare-balles.
Voir Verre anti-effraction
 

Module photovoltaĂŻque

 AbrĂ©viation : Module PV. GĂ©nĂ©ralement constituĂ© de semi-conducteurs en silicium (cellules solaires), capables de produire de l’électricitĂ© Ă  partir du rayonnement lumineux. Rendement : cellules monocristallines : 12 Ă  16 %, cellules polycristallines : 9 Ă  14 %, cellules amorphes : 4 Ă  5 %
 

RĂ©sistance des plaques

Valeur conforme Ă  la norme DIN 52612
 

Bord poli

Voir : Finition des bords
 

Verre homologué

Verre ayant obtenu l'autorisation de commercialisation FTZ
 

Verre pressé

Voir : Brique de verre, panneau de verre
 

Prisme

Voir : Brique de verre, panneau de verre
 

Verre profilé

Verre coulĂ© profilĂ© en U (traverse large, flancs Ă©troits). Surface ornementĂ©e. Peut intĂ©grer une armature mĂ©tallique. DIN 1249 partie 5. Liste des rĂ©glementations applicables au bâtiment §A 11.3
 

PVB

Abréviation de polyvinyle butyral.
Film intermĂ©diaire viscoplastique utilisĂ© dans le verre feuilletĂ© de sĂ©curitĂ©. Film simple Ă©paisseur de 0,38 mm. Plus l’épaisseur de film est importante, plus la rĂ©sistance rĂ©siduelle est Ă©levĂ©e.
 

Module PV

Abréviation de Module photovoltaïque

Verre blindé

Ancienne dénomination du verre feuilleté de sécurité pare-balles.
Voir Verre anti-effraction
 
 
 
  
  

Module photovoltaĂŻque

AbrĂ©viation : Module PV. GĂ©nĂ©ralement constituĂ© de semi-conducteurs en silicium (cellules solaires), capables de produire de l’électricitĂ© Ă  partir du rayonnement lumineux. Rendement : cellules monocristallines : 12 Ă  16 %, cellules polycristallines : 9 Ă  14 %, cellules amorphes : 4 Ă  5 %
 
 
 
  
  

RĂ©sistance des plaques

Valeur conforme Ă  la norme DIN 52612
 
 
  
  

Bord poli

Voir : Finition des bords
  
 
 
  
  

Verre homologué

Verre ayant obtenu l'autorisation de commercialisation FTZ
  
 
 
  
  

Verre pressé

Voir : Brique de verre, panneau de verre
 
 
  
  

Prisme

Voir : Brique de verre, panneau de verre
  
 
 
  
  

Verre profilé

Verre coulĂ© profilĂ© en U (traverse large, flancs Ă©troits). Surface ornementĂ©e. Peut intĂ©grer une armature mĂ©tallique. DIN 1249 partie 5. Liste des rĂ©glementations applicables au bâtiment §A 11.3
  
 
 
  
  

PVB

Abréviation de polyvinyle butyral.
Film intermĂ©diaire viscoplastique utilisĂ© dans le verre feuilletĂ© de sĂ©curitĂ©. Film simple Ă©paisseur de 0,38 mm. Plus l’épaisseur de film est importante, plus la rĂ©sistance rĂ©siduelle est Ă©levĂ©e.
 
  
 
 
  
  

Module PV

Abréviation de Module photovoltaïque
  
 
 
  
  

 

Verre de quartz

Verre constituĂ© Ă  près de 100 % d'acide silicique.

 

Verre de quartz

Verre constituĂ© Ă  près de 100 % d'acide silicique.
 
 
  
  

 

Verre peu réfléchissant

Verre plat avec revêtement atténuant les reflets.
 

Résistance résiduelle

Capacité à maintenir l’intégrité de forme (visuelle) ou l’intégrité fonctionnelle du vitrage en cas de rupture mécanique (p. ex. protection antichute). Testée par le biais de tests de résistance.
 

Verre brut

Verre coulé laminé présentant une surface d'aspect martelé
 

Polissage semi-circulaire

Meulage des bords du verre en un quart de plein-cintre. N’est plus utilisĂ© (Finition actuelle : champ incurvĂ©)
 

Valeur Rw

L’indice d'affaiblissement acoustique estimĂ© Rw exprime la capacitĂ© d’isolation acoustique d’un Ă©lĂ©ment de construction. La propagation du son par les Ă©lĂ©ments constructifs ou d’encadrement n’est pas prise en compte. [dB]Autres indices d'affaiblissement acoustique : R'w ; R'w,B : Indice d'affaiblissement acoustique estimĂ© incluant la propagation du son par les Ă©lĂ©ments d’encadrement (fenĂŞtre encastrĂ©e). Rw,P : Indice d'affaiblissement acoustique estimĂ© ne prenant pas en compte l’influence des Ă©lĂ©ments de construction d’encadrement selon DIN 52210. ApparaĂ®t sous le libellĂ© Rw dans les certificats de contrĂ´le. R’w,Res : Indice d'affaiblissement acoustique rĂ©sultant d’une paroi (avec les fenĂŞtres, portes, volets, etc.)

 

Verre peu réfléchissant

Verre plat avec revêtement atténuant les reflets.
 
 
  
  

Résistance résiduelle

Capacité à maintenir l’intégrité de forme (visuelle) ou l’intégrité fonctionnelle du vitrage en cas de rupture mécanique (p. ex. protection antichute). Testée par le biais de tests de résistance.
 
 
 
  
  

Verre brut

Verre coulé laminé présentant une surface d'aspect martelé
 
 
  
  

Polissage semi-circulaire

Meulage des bords du verre en un quart de plein-cintre. N’est plus utilisĂ© (Finition actuelle : champ incurvĂ©)
 
 
  
  

Valeur&nbsp;Rw

L’indice d'affaiblissement acoustique estimĂ© Rw exprime la capacitĂ© d’isolation acoustique d’un Ă©lĂ©ment de construction. La propagation du son par les Ă©lĂ©ments constructifs ou d’encadrement n’est pas prise en compte. [dB]Autres indices d'affaiblissement acoustique : R'w ; R'w,B : Indice d'affaiblissement acoustique estimĂ© incluant la propagation du son par les Ă©lĂ©ments d’encadrement (fenĂŞtre encastrĂ©e). Rw,P : Indice d'affaiblissement acoustique estimĂ© ne prenant pas en compte l’influence des Ă©lĂ©ments de construction d’encadrement selon DIN 52210. ApparaĂ®t sous le libellĂ© Rw dans les certificats de contrĂ´le. R’w,Res : Indice d'affaiblissement acoustique rĂ©sultant d’une paroi (avec les fenĂŞtres, portes, volets, etc.)
 
 
 
  
  

Verre salin

Voir : Verre d’encadrement

SANCO ALARM

Verre isolant avec système pare-soleil mobile Glas Trösch intĂ©grĂ© dans l’espace intercalaire

SANCO CONTROLL

Verre isolant avec système pare-soleil mobile Glas Trösch intĂ©grĂ© dans l’espace intercalaire

 

SANCO DUR

Verre trempĂ© de sĂ©curitĂ© de Glas Trösch

 

SANCO DUR TVG

Verre durci de Glas Trösch

 

SANCO LAMEX

Verre feuilletĂ© de sĂ©curitĂ© de Glas Trösch

 

SANCO SILVERSTAR Phon

Verre d’isolation acoustique de Glas Trösch

 

SANCO PRINT

Verre sĂ©rigraphiĂ© de Glas Trösch

SANCO Safe

Verre anti-effraction de Glas Trösch

SANCO SILVERSTAR N

Verre d’isolation thermique de Glas Trösch

SANCO SILVERSTAR EN

Verre d’isolation thermique de Glas Trösch

SANCO SILVERSTAR COMBI

Verre de protection solaire de Glas Trösch

 

SANCO SILVERSTAR SELEKT

Verre combinant protection solaire et isolation thermique de Glas Trösch

 

Sablage

Dépolissage de la surface vitrée au moyen d’une sableuse

Satinage

Dépolissage de la surface vitrée à l’acide ou par sablage

Arasement

Meulage des sections de coupe. Les bords ne sont pas travaillés.
Voir : Finition des bords

 

Dépolissage à l’acide

Voir : DĂ©polissage

 

Verre d’isolation acoustique (le plus souvent assemblage de verre isolant)

L’isolation acoustique (atténuation accrue des bruits) peut être obtenue par l'assemblage de plusieurs épaisseurs de verre, divers remplissages de gaz (SF6) dans l’espace intercalaire, ou encore par l’assemblage de verres feuilletés de sécurité ou de vitres feuilletées en résine coulée. Le verre feuilleté de sécurité peut également être recouvert d’un film de protection acoustique.

 

Verre cellulaire

Mousse de verre incorporant des bulles d'air (ou de gaz) et présentant de bonnes propriétés d’isolation (DIN18174)

Section de coupe

Bord brut, non travaillé. (Voir également Finition des bords)

Hexafluorure de soufre

Gaz lourd qui, employĂ© dans le verre MIG, entraĂ®ne une hausse de l’isolation acoustique (mais dĂ©grade la valeur U du vitrage).

 

Verre de protection pour la soudure

Verre teinté aux propriétés filtrantes spécifiques.

 

SF6
Hexafluorure de soufre ; gaz lourd qui, employĂ© dans le verre MIG, entraĂ®ne une hausse de l’isolation acoustique (mais dĂ©grade la valeur U du vitrage)

Verre salin

Voir : Verre d’encadrement
 
 
  
  

SANCO ALARM

Verre isolant avec système pare-soleil mobile Glas Trösch intĂ©grĂ© dans l’espace intercalaire
 
 
  
  

SANCO CONTROLL

Verre isolant avec système pare-soleil mobile Glas Trösch intĂ©grĂ© dans l’espace intercalaire
 
 
  
  

SANCO DUR

Verre trempĂ© de sĂ©curitĂ© de Glas Trösch
 
 
  
  

SANCO DUR TVG

Verre durci de Glas Trösch
 
 
  
  

SANCO LAMEX

Verre feuilletĂ© de sĂ©curitĂ© de Glas Trösch
 
 
  
  

SANCO SILVERSTAR Phon

Verre d’isolation acoustique de Glas Trösch
 
 
  
  

SANCO PRINT

Verre sĂ©rigraphiĂ© de Glas Trösch
 
 
  
  

SANCO Safe

Verre anti-effraction de Glas Trösch
 
 
  
  

SANCO SILVERSTAR N

Verre d’isolation thermique de Glas Trösch
 
 
  
  

SANCO SILVERSTAR EN

Verre d’isolation thermique de Glas Trösch
 
 
  
  

SANCO SILVERSTAR COMBI

Verre de protection solaire de Glas Trösch 
 
  
  

SANCO SILVERSTAR SELEKT

Verre combinant protection solaire et isolation thermique de Glas Trösch
 
 
  
  

Sablage

DĂ©polissage de la surface vitrĂ©e au moyen d’une sableuse 
 
  
  

Satinage

Dépolissage de la surface vitrée à l’acide ou par sablage
 
 
  
  

Arasement

Meulage des sections de coupe. Les bords ne sont pas travaillés.
Voir : Finition des bords

 
 
  
  

Dépolissage à l’acide

Voir : DĂ©polissage
 
 
  
  

Verre d’isolation acoustique (le plus souvent assemblage de verre isolant)

L’isolation acoustique (atténuation accrue des bruits) peut être obtenue par l'assemblage de plusieurs épaisseurs de verre, divers remplissages de gaz (SF6) dans l’espace intercalaire, ou encore par l’assemblage de verres feuilletés de sécurité ou de vitres feuilletées en résine coulée. Le verre feuilleté de sécurité peut également être recouvert d’un film de protection acoustique.

 
 
  
  

Verre cellulaire

 

Mousse de verre incorporant des bulles d'air (ou de gaz) et présentant de bonnes propriétés d’isolation (DIN18174)
 
 
  
  

Section de coupe

Bord brut, non travaillé. (Voir également Finition des bords)
 
  
  

Hexafluorure de soufre

Gaz lourd qui, employĂ© dans le verre MIG, entraĂ®ne une hausse de l’isolation acoustique (mais dĂ©grade la valeur U du vitrage).

 
 
  
  

Verre de protection pour la soudure

Verre teinté aux propriétés filtrantes spécifiques.
 
 
  
  

SF6

Hexafluorure de soufre ; gaz lourd qui, employĂ© dans le verre MIG, entraĂ®ne une hausse de l’isolation acoustique (mais dĂ©grade la valeur U du vitrage)

 
 
  
  

Valeur U

Exprime la quantitĂ© de chaleur (W) traversant un Ă©lĂ©ment de construction par mètre-carrĂ© (m²) de surface pour une diffĂ©rence de tempĂ©rature de 1 K.
U = W/m² K.
Norme de contrĂ´le de la valeur U pour les vitrages (Uv) : 52619 partie 2 coefficient de transmission thermique selon DIN 4108.
Mesure de la rĂ©sistance des plaques : DIN 52612
Interdépendance des valeurs de résistance au transfert thermique 1/i et 1/a et de la valeur de résistance à la transmission thermique 1/

Verre plaqué

Verre double-couche résultant de l'assemblage homogène d’une couche de base incolore ou teintée et d’une couche d’enrobage de mêmes dimensions, également incolore ou teintée.

Couverture en verre

AbrĂ©viation : ĂśKV.
ConformĂ©ment aux prescriptions des Règles techniques pour les vitrages de forme linĂ©aire, tous les vitrages prĂ©sentant une inclinaison supĂ©rieure Ă  10 degrĂ©s par rapport Ă  la verticale. Les dispositions relatives aux couvertures en verre valent Ă©galement pour les vitrages verticaux, Ă  condition que ces derniers ne soient pas exposĂ©s Ă  court terme exclusivement Ă  des influences variables, comme par exemple l’impact du vent. Cela inclut les parties verticales des vitrages inclinĂ©s, pouvant ĂŞtre concernĂ©s par la charge induite par l'accumulation de neige.

ĂśKV

Abréviation (allemande) utilisée pour les couvertures en verre

Ultra-violet

UV. Plage de rayonnements Ă  ondes courtes.

Réfraction irrégulière

Voir Anisotropie.

Valeur U

 Nouvelle dĂ©nomination de la valeur k

Marquage Ăś

Exprime la conformité d’un produit à la liste des réglementations applicables au bâtiment.
ĂśZ : certificat de conformitĂ© dĂ©livrĂ© par un organisme de contrĂ´le reconnu.
(MIG, remplissage d'air, sans revĂŞtement)
ĂśH : dĂ©claration de conformitĂ© du fabricant. (MIG, remplissage de gaz, avec ou sans revĂŞtement)
Le marquage Ăś doit comporter les indications suivantes :

1.       Nom du fabricant

2.       ÉlĂ©ments fondamentaux du certificat de conformitĂ©

a)

Désignation succincte des règles techniques applicables et des caractéristiques principales du produit par rapport à l’emploi prévu,

b)

DĂ©signation pour une homologation gĂ©nĂ©rale de catĂ©gorie « Z Â» et numĂ©ro correspondant,

c)

DĂ©signation pour une homologation gĂ©nĂ©rale de catĂ©gorie « P Â», dĂ©signation de l’organisme de contrĂ´le et numĂ©ro du certificat de contrĂ´le ou

d)

Désignation pour accord au cas par cas et autorité compétente.

3.       Cachet ou dĂ©signation de l’organisme de certification, dans la mesure oĂą son intervention est exigĂ©e.

Valeur&nbsp;Ug

Valeur dĂ©finie dans les normes EN (anciennement valeur k) exprimant la transmission thermique, reflĂ©tant le coefficient de transmission thermique. Le coefficient de transmission thermique indique la quantitĂ© de chaleur traversant un Ă©lĂ©ment de construction par m² de surface pour une diffĂ©rence de tempĂ©rature de 1 K entre l'air ambiant et l’air extĂ©rieur.


L’unité de mesure est le W/m² K.

 

Norme de contrĂ´le de la valeur U pour les vitrages (Uv) : 52619 partie 2 coefficient de transmission thermique selon DIN 4108. Mesure de la rĂ©sistance des plaques : DIN 52612
Interdépendance des valeurs de résistance au transfert thermique 1/i et 1/a et de la valeur de résistance à la transmission thermique 1/

 
 
  
  

Verre plaqué

Verre double-couche résultant de l'assemblage homogène d’une couche de base incolore ou teintée et d’une couche d’enrobage de mêmes dimensions, également incolore ou teintée.


 
 
  
  

Couverture en verre

AbrĂ©viation : ĂśKV.
ConformĂ©ment aux prescriptions des Règles techniques pour les vitrages de forme linĂ©aire, tous les vitrages prĂ©sentant une inclinaison supĂ©rieure Ă  10 degrĂ©s par rapport Ă  la verticale. Les dispositions relatives aux couvertures en verre valent Ă©galement pour les vitrages verticaux, Ă  condition que ces derniers ne soient pas exposĂ©s Ă  court terme exclusivement Ă  des influences variables, comme par exemple l’impact du vent. Cela inclut les parties verticales des vitrages inclinĂ©s, pouvant ĂŞtre concernĂ©s par la charge induite par l'accumulation de neige.


 
 
  
  

ĂśKV

Abréviation (allemande) utilisée pour les couvertures en verre

 
 
  
  

Ultra-violet

UV. Plage de rayonnements Ă  ondes courtes.

 
 
  
  

Réfraction irrégulière

Voir Anisotropie.

 
 
  
  

Valeur&nbsp;U

Nouvelle dĂ©nomination de la valeur k

 
 
  
  

Marquage Ăś

Exprime la conformité d’un produit à la liste des réglementations applicables au bâtiment.
ĂśZ : certificat de conformitĂ© dĂ©livrĂ© par un organisme de contrĂ´le reconnu.
(MIG, remplissage d'air, sans revĂŞtement)
ĂśH : dĂ©claration de conformitĂ© du fabricant. (MIG, remplissage de gaz, avec ou sans revĂŞtement)
Le marquage Ăś doit comporter les indications suivantes :

1.       Nom du fabricant

2.       ÉlĂ©ments fondamentaux du certificat de conformitĂ©


a)
 
Désignation succincte des règles techniques applicables et des caractéristiques principales du produit par rapport à l’emploi prévu,
 

b)
 
DĂ©signation pour une homologation gĂ©nĂ©rale de catĂ©gorie « Z Â» et numĂ©ro correspondant,
 

c)
 
DĂ©signation pour une homologation gĂ©nĂ©rale de catĂ©gorie « P Â», dĂ©signation de l’organisme de contrĂ´le et numĂ©ro du certificat de contrĂ´le ou
 

d)
 
Désignation pour accord au cas par cas et autorité compétente.
 

3.       Cachet ou dĂ©signation de l’organisme de certification, dans la mesure oĂą son intervention est exigĂ©e.
 

 
 
  
  

Verre feuilleté

Terme générique désignant les assemblages de plusieurs plaques de verre, à l’instar du composite de résine moulée, ne présentant cependant aucune couche intermédiaire particulière, par opposition au verre feuilleté de sécurité. La confusion avec l'appellation verre feuilleté de sécurité est courante.
 

Verre feuilletĂ© de sĂ©curitĂ© :

AbrĂ©viation : VSG.
DĂ©signe l'assemblage de deux ou plusieurs plaques de verre flottĂ© sĂ©parĂ©es par un film intermĂ©diaire viscoplastique, assemblĂ©es dans des conditions de chaleur et de pression spĂ©cifiques. L'insertion d’une armature mĂ©tallique ou en acier dans le film intermĂ©diaire est possible. L’emploi de plaques de verre trempĂ© de sĂ©curitĂ© ou de verre durci est Ă©galement possible. Il a la caractĂ©ristique de retenir les Ă©clats en cas de bris et, selon l’épaisseur et la finition, possède des propriĂ©tĂ©s anti-effraction au sens de la norme DIN 52920 (voir : Verre anti-effraction).
 

Finition

Voir : Finition de surface, Finition du verre.
 

Sécurité du transport

Un vitrage est adapté au transport lorsqu’il peut être manipulé sans risque d’endommagement dans des conditions spécifiques
 

Vitrages verticaux

ConformĂ©ment aux prescriptions des Règles techniques pour les vitrages de forme linĂ©aire, tous les vitrages prĂ©sentant une inclinaison infĂ©rieure Ă  10 degrĂ©s par rapport Ă  la verticale.
 

Échauffement

Voir : Polissage au feu
 

Verre trempé

Voir : Verre trempĂ© de sĂ©curitĂ©.
 

Précontrainte

Transformation du verre flottĂ© en verre de sĂ©curitĂ©, par Ă©volution de la tension intĂ©rieure du matĂ©riau. Toute modification de la structure du verre (notamment la formation de fissure) implique de compromettre la tension de surface du matĂ©riau. ProcĂ©dĂ© de fabrication du verre trempĂ© ou prĂ©contraint : a) prĂ©contrainte thermique : voir Verre trempĂ© de sĂ©curitĂ©. Du verre ayant subi un refroidissement ordinaire est chauffĂ© de manière homogène au-delĂ  de sa tempĂ©rature de ramollissement. Le verre est ensuite refroidi brusquement par insufflation d'air froid, entraĂ®nant un figement instantanĂ© de la surface. La structure interne du matĂ©riau qui prĂ©sente encore un Ă©tat visqueux se resserre. De par cette diffĂ©rence structurelle, l’intĂ©rieur du verre (prĂ©sentant une structure fermĂ©e de plus petit volume) maintient la surface de la plaque (prĂ©sentant une structure ouverte plus volumineuse) sous tension).b) PrĂ©contrainte chimique : du verre ayant subi un refroidissement ordinaire est trempĂ© dans une solution saline Ă  haute tempĂ©rature (sel fondu). Un Ă©change ionique se produit ainsi Ă  la surface du verre. L’effet peut ĂŞtre accentuĂ© par l'application d’une tension Ă©lectrique. Les ions issus du verre, de petit volume, sont remplacĂ©s par des composĂ©s salins volumineux, gĂ©nĂ©rant une tension de compression Ă  la surface. La modification de la tension interne du matĂ©riau est plus importante qu'avec le procĂ©dĂ© de contrainte thermique.

Verre feuilleté

Terme générique désignant les assemblages de plusieurs plaques de verre, à l’instar du composite de résine moulée, ne présentant cependant aucune couche intermédiaire particulière, par opposition au verre feuilleté de sécurité. La confusion avec l'appellation verre feuilleté de sécurité est courante.
 

 
 
  
  

Verre feuilleté de sécurité&nbsp;:

AbrĂ©viation : VSG.
DĂ©signe l'assemblage de deux ou plusieurs plaques de verre flottĂ© sĂ©parĂ©es par un film intermĂ©diaire viscoplastique, assemblĂ©es dans des conditions de chaleur et de pression spĂ©cifiques. L'insertion d’une armature mĂ©tallique ou en acier dans le film intermĂ©diaire est possible. L’emploi de plaques de verre trempĂ© de sĂ©curitĂ© ou de verre durci est Ă©galement possible. Il a la caractĂ©ristique de retenir les Ă©clats en cas de bris et, selon l’épaisseur et la finition, possède des propriĂ©tĂ©s anti-effraction au sens de la norme DIN 52920 (voir : Verre anti-effraction).
 

 
 
  
  

Finition

Voir : Finition de surface, Finition du verre.

 
 
  
  

Sécurité du transport

Un vitrage est adapté au transport lorsqu’il peut être manipulé sans risque d’endommagement dans des conditions spécifiques
 
 
  
  

Vitrages verticaux

ConformĂ©ment aux prescriptions des Règles techniques pour les vitrages de forme linĂ©aire, tous les vitrages prĂ©sentant une inclinaison infĂ©rieure Ă  10 degrĂ©s par rapport Ă  la verticale.


 
 
  
  

Échauffement

Voir : Polissage au feu

 
 
  
  

Verre trempé

Voir : Verre trempĂ© de sĂ©curitĂ©.

 
 
  
  

Précontrainte

Transformation du verre flottĂ© en verre de sĂ©curitĂ©, par Ă©volution de la tension intĂ©rieure du matĂ©riau. Toute modification de la structure du verre (notamment la formation de fissure) implique de compromettre la tension de surface du matĂ©riau. ProcĂ©dĂ© de fabrication du verre trempĂ© ou prĂ©contraint : a) prĂ©contrainte thermique : voir Verre trempĂ© de sĂ©curitĂ©. Du verre ayant subi un refroidissement ordinaire est chauffĂ© de manière homogène au-delĂ  de sa tempĂ©rature de ramollissement. Le verre est ensuite refroidi brusquement par insufflation d'air froid, entraĂ®nant un figement instantanĂ© de la surface. La structure interne du matĂ©riau qui prĂ©sente encore un Ă©tat visqueux se resserre. De par cette diffĂ©rence structurelle, l’intĂ©rieur du verre (prĂ©sentant une structure fermĂ©e de plus petit volume) maintient la surface de la plaque (prĂ©sentant une structure ouverte plus volumineuse) sous tension).b) PrĂ©contrainte chimique : du verre ayant subi un refroidissement ordinaire est trempĂ© dans une solution saline Ă  haute tempĂ©rature (sel fondu). Un Ă©change ionique se produit ainsi Ă  la surface du verre. L’effet peut ĂŞtre accentuĂ© par l'application d’une tension Ă©lectrique. Les ions issus du verre, de petit volume, sont remplacĂ©s par des composĂ©s salins volumineux, gĂ©nĂ©rant une tension de compression Ă  la surface. La modification de la tension interne du matĂ©riau est plus importante qu'avec le procĂ©dĂ© de contrainte thermique.
 




 
 
  
  

Bord chaud

Désignation des intercalaires MIG présentant des propriétés thermiques améliorées.
 

Coefficient de dilatation thermique

Formulation et symbole :  (  du verre flottĂ© (de 20 Ă  300 Â°C) : 9 x 10 K ) Exprime la dĂ©formation linĂ©aire subie pour un rĂ©chauffement de 1 Â°C. En d'autres termes : une plaque de verre se dilate d’environ 0,009 mm par mètre linĂ©aire pour une hausse d’un degrĂ© Kelvin (1 K). Mesure conforme Ă  la norme DIN 52328
 

Verre d’isolation thermique

Verre dont le revêtement (couches atomiques métalliques) laisse passer les rayonnements uniquement dans une plage de longueurs d’ondes donnée (transmission) et reflète les autres rayonnements (rayonnement thermique) (réflexion).
 

Coefficient de transmission thermique

Voir Valeur U
 

Verre de protection thermique

Voir : Verre d’isolation thermique
 

Verre soluble

Verre silicate alcalin, soluble dans l’eau. Produit de base des procédés sol-gel.
 

Waterfall

Polissage spécial des bords avec un profil à segment circulaire
 

Verre blanc

Verre utilisé dans les applications optiques, présentant une teneur réduite en fer afin de minimiser la teinte verdâtre.
 

Verre blanc

Verre particulièrement incolore. Produit selon des procédés spéciaux dans les cuves de fusion ou à partir de matières premières épurées (teneur en fer pauvre ou nulle).

Bord chaud

Désignation des intercalaires MIG présentant des propriétés thermiques améliorées.

 
 
  
  

Coefficient de dilatation thermique

Formulation et symbole :  (  du verre flottĂ© (de 20 Ă  300 Â°C) : 9 x 10 K ) Exprime la dĂ©formation linĂ©aire subie pour un rĂ©chauffement de 1 Â°C. En d'autres termes : une plaque de verre se dilate d’environ 0,009 mm par mètre linĂ©aire pour une hausse d’un degrĂ© Kelvin (1 K). Mesure conforme Ă  la norme DIN 52328
 

 
 
  
  

Verre d’isolation thermique

Verre dont le revêtement (couches atomiques métalliques) laisse passer les rayonnements uniquement dans une plage de longueurs d’ondes donnée (transmission) et reflète les autres rayonnements (rayonnement thermique) (réflexion).
 

 
 
  
  

Coefficient de transmission thermique

Voir Valeur U

 
 
  
  

Verre de protection thermique

 

Voir : Verre d’isolation thermique

 
 
  
  

Verre soluble

Verre silicate alcalin, soluble dans l’eau. Produit de base des procédés sol-gel.

 
 
  
  

Waterfall

Polissage spécial des bords avec un profil à segment circulaire

 
 
  
  

Verre blanc

Verre utilisé dans les applications optiques, présentant une teneur réduite en fer afin de minimiser la teinte verdâtre.

 
 
  
  

Verre blanc

Verre particulièrement incolore. Produit selon des procédés spéciaux dans les cuves de fusion ou à partir de matières premières épurées (teneur en fer pauvre ou nulle).
 

 
 
  
  

XĂ©non

Gaz rare utilisĂ© dans le remplissage pour l'amĂ©lioration de la valeur U dans le verre MIG.
 

XINON

Système de douche en verre dĂ©veloppĂ© par Glas Trösch.

XĂ©non

Gaz rare utilisĂ© dans le remplissage pour l'amĂ©lioration de la valeur U dans le verre MIG.
 

 
 
  
  

XINON

Système de douche en verre dĂ©veloppĂ© par Glas Trösch.
 

 
 
  
  

Verre étiré

Verre étiré par traitement mécanique.
 

Côté étain

Désignation du côté de la plaque de verre flotté en contact avec le bain d’étain. Celui-ci se caractérise par une résistance mécanique réduite mais une résistance chimique accrue. Reconnaissable par une légère fluorescence sous éclairage ultraviolet
 

RĂ©sistance Ă  la traction

Tension Ă  la rupture (Tension sigma Ă  la rupture).

Verre étiré

Verre étiré par traitement mécanique.
 

 
 
  
  

Côté étain

Désignation du côté de la plaque de verre flotté en contact avec le bain d’étain. Celui-ci se caractérise par une résistance mécanique réduite mais une résistance chimique accrue. Reconnaissable par une légère fluorescence sous éclairage ultraviolet
 
 

 
 
  
  

RĂ©sistance Ă  la traction

Tension Ă  la rupture (Tension sigma Ă  la rupture).